Communiqué de presse

Soyons reconnaissants de nos libertés en célébrant la fête du Canada  

Partout au pays, les Canadiens célèbrent la fête du Canada le 1er juillet en se rassemblant en famille, dans les collectivités et entre amis. Des défilés, des cérémonies de lever du drapeau, des pique-niques, des feux d’artifice et d’autres activités spéciales soulignent l’événement. Les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours se joignent à tous les Canadiens pour honorer leur pays.

L’hymne national « Ô Canada » est entonné au début de presque toutes les activités de la journée et suscite souvent une réaction émotionnelle chez les Canadiens. Arnold Moore, membre de l’Église à Toronto (Ontario), a expliqué : Je n’arrive jamais à chanter l’hymne national sans avoir les larmes aux yeux. » Les Canadiens sont, à juste titre, fiers de leur belle et forte nation, et ils en sont reconnaissants.

Janet McLennan, membre de l’Église à Halifax, en Nouvelle-Écosse, fait part de ses  sentiments : « J’aime beaucoup les festivités de la fête du Canada à Halifax, les vêtements rouge et blanc que portent les gens, les drapeaux qu’ils agitent, les visages peints de symboles rouge et blanc, le défilé de l’International Tattoo, les musées dont l’accès est gratuit pour la journée et les concerts dans les Jardins publics. J’aime aussi beaucoup l’ambiance sur le front de mer d’Halifax le jour de la fête du Canada et la foule locale et les touristes qui se réjouissent des activités terrestres et aquatiques. »

Le Canada est devenu une nation le 1er juillet 1867. La fête annuelle, nommée à l’origine jour du Dominion, a été inaugurée le 1er juillet 1868 et se perpétue depuis lors. Sa nouvelle appellation, la fête du Canada, date de 1982. Cette journée rappelle aux Canadiens les libertés qui font de leur pays une grande nation.

Le 1er juillet 1960, John Diefenbaker, 13e premier ministre du Canada, a exprimé ce qui suit : « Je suis canadien, libre de m’exprimer sans crainte, libre d’exercer mon culte comme bon me semble, libre de défendre ce que je crois être bien, libre de m’opposer à ce que je crois être mal, et libre de choisir qui devrait gouverner ce pays. Je m’engage à soutenir ce patrimoine de liberté pour moi-même et pour toute l’humanité. »

Les Mormons sont invités à prendre une part active à leur collectivité et à soutenir les dirigeants du pays en étant de bons citoyens.

Bien que cette fête mette l’accent sur les festivités, elle est aussi une occasion de réfléchir aux libertés fondamentales, souvent tenues pour acquises. Janet McLennan, fait remarquer : « J’ai travaillé avec des immigrants qui avaient fui les combats et l’agitation civile dans leur pays et qui savent à quel point nous sommes privilégiés d’habiter une terre aussi paisible. J’ai visité le Bureau de la citoyenneté et je me suis sentie une fois de plus reconnaissante pour le Canada et les possibilités offertes à tous ceux qui viennent ici en tant qu’immigrants ou en tant que réfugiés, et pour tous ceux qui y sont nés. »

En tant que Mormons, nous sommes exhortés à être des citoyens engagés, à respecter les lois et à honorer le pays dans lequel nous vivons. Joseph F. Smith, le sixième président de l’Église a fait la recommandation suivante : « Agissons bien, gardons les lois de Dieu et les lois des hommes, honorons notre état de membre du royaume de Dieu, notre qualité de citoyens… » (Enseignements des présidents de l’Église : Joseph F. Smith, 2011, p. 122-127).

Les Canadiens chérissent leur pays et sont reconnaissants de leur belle nation et des libertés fondamentales qui sont les leurs.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.