Communiqué de presse

Les saints des derniers jours du Canada honorent la maternité

Un hommage sera rendu à des femmes et à des mères de partout dans le monde lors de la fête des Mères, le 8 mai. Les femmes représentent la moitié de la population mondiale et sont indiscutablement les principales dispensatrices des soins, en élevant les enfants et en édifiant la famille, et cumulent souvent plusieurs autres rôles simultanément.

Les membres et les dirigeants de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours célèbrent les contributions essentielles et sans égal des femmes et des mères depuis toujours. Quoique notre connaissance actuelle soit limitée sur le sujet, les dirigeants et la doctrine de l’Église indiquent clairement l’existence d’une Mère céleste. En 1909, la Première Présidence de l’Église a déclaré que « tous les hommes et toutes les femmes sont à la ressemblance d’un Père et d’une Mère universels et sont littéralement les fils et les filles de la Divinité » (« The Origin of Man », Improvement Era, novembre 1909).

Les mères et les images maternelles peuvent revêtir diverses formes. Betty Prowse, une membre de l’Église de Victoria en Colombie-Britannique, est une infirmière de la Force aérienne à la retraite et une sage-femme qui a passé la majeure partie de sa vie au service des autres. Prowse ne s’est jamais mariée et n’a pas eu d’enfant. Quoi qu’il en soit, elle a su être une tante bien-aimée, une grand-mère adoptive et une arrière-grand-mère adoptive. Elle dit : « La maternité est la plus belle chose qui puisse arriver à une femme. Mon travail consiste à être un bon exemple pour mes petits-enfants et pour tout le monde. »

Tiffany Manville, de Grande Prairie en Alberta, est la mère mormone d’un enfant qu’elle et son mari ont adopté il y a trois ans. Manville considère la maternité comme « un sentiment, un instinct avec lequel nous sommes nées, le sentiment de vouloir aider quelqu’un après qu’il est tombé, de vouloir créer quelque chose de beau. Certaines sont des mères chaque jour, d’autres sont des mères pour ceux (avec qui) elles sont en relation par le biais des événements de la vie. Qui qu’il soit, quelqu’un sait qu’il est aimé, qu’on s’occupe de lui et qu’il n’est pas seul – c’est ce que la maternité signifie pour moi. »

Meaghan Purnell, une mère mormone de quatre jeunes enfants de Lacombe en Alberta, ajoute ce qui suit à propos de la maternité : « Les familles ont été créées pour que nous ayons de la joie, et quoique ce soit plus difficile que ce que j’avais imaginé, j’essaie de trouver [de la joie] dans la maternité. [La maternité] peut être monotone et peu agréable, mais nous pouvons essayer de trouver la joie que notre Père céleste voudrait que nous ayons à travers des moments du quotidien. La maternité est un voyage, et je n’avais pas un bon exemple biologiquement, mais j’ai été bénie d’avoir de merveilleux exemples pour m’inspirer. »

Dans l’Ancien Testament, le livre de la Genèse nous dit qu’on faisait référence à Ève comme étant la mère de tous les vivants, en dépit du fait qu’à ce moment elle n’avait pas encore eu d’enfants. Son potentiel inné était déjà connu et reconnu, tout comme la capacité de chaque femme à servir de mère n’est pas limitée à sa capacité de porter des enfants.

L’art et l’héritage de la maternité tels que nous les connaissons ont commencé avec Ève dans le jardin d’Éden et se poursuivent d’une génération à l’autre. Puissions-nous tous nous souvenir du don qui nous a été donné par nos mères.

Par Samantha Smith-Bird

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.