Communiqué de presse

Les saints des derniers jours « éclairent le monde »

Établie par l’assemblée générale des Nations Unies en 1985, la Journée internationale des bénévoles (JIB) est célébrée le 5 décembre afin de promouvoir le bénévolat. L’on encourage les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours à suivre l’exemple de Jésus-Christ en servant les autres partout, et autant qu’ils le peuvent.

 

Deux ressources mises sur pied par l’Église donnent d’excellentes idées sur la manière de servir les autres : #ÉclairerLeMonde, la campagne annuelle de Noël, encourage le service une personne à la fois, et le site JustServe.org permet à des organisations de combler leurs besoins en matière de bénévolat et à des bénévoles de trouver des occasions de service.

Voici quelques exemples de membres de l’Église canadiens ayant pris l’initiative de servir à l’étranger et dans leurs collectivités.

Au cours des seize dernières années, Roberta et Don Harris, des membres de l’Église de Scarborough en Ontario, ont consacré de nombreuses heures au bénévolat en Inde, au Kenya et au Bangladesh. Roberta, infirmière qualifiée à la retraite, et Don, ancien directeur adjoint d’une école primaire, ont visité l’Inde il y a plusieurs années et ont toujours voulu y retourner pour faire du bénévolat. Un article paru en 2002 sur Rising Star Outreach, une fondation établie par Becky Douglas, un membre de l’Église, a inspiré les Harris à se porter volontaires d’abord dans un orphelinat, puis dans des léproseries. Ils ont aussi fait du bénévolat pour Sleeping Children Around the World, une organisation à but non lucratif qui fournit des lits et des couvertures pour des enfants dans 34 pays.

Plusieurs générations de la famille Harris ont suivi l’exemple de Roberta et Don en servant en Inde et dans leurs collectivités. « Nous nous sommes engagés dans le bénévolat en Inde grâce aux enseignements de l’Église et parce que c’est devenu une affaire familiale. C’est devenu depuis un mode de vie pour nous », a expliqué Don.

Ufuoma Odebala-Fregene, une professionnelle sociojuridique et sainte des derniers jours de St. Albert en Alberta, consacre sa vie au service. Chaque membre de la collectivité étant au cœur de son travail, elle a décidé de créer la Fondation Reez Community pour aider à la fois ceux qui subissent la discrimination raciale et ceux qui la perpétuent. Elle a travaillé avec des commissions scolaires, des écoles, des galeries d’art, des gouvernements municipaux et des Églises. Elle a plaidé avec succès en faveur de la création d’un conseil consultatif contre le racisme afin d’améliorer la prise de décision du conseil municipal d’Edmonton. Elle a récemment été invitée à animer l’une des discussions de l’Église unie St. Albert ayant pour thème « Love Thy Neighbour » (Aime ton prochain) afin de promouvoir une collectivité plus aimable et plus saine. Elle sera l’hôte d’un événement similaire en collaboration avec la galerie d’art St. Albert et d’autres partenaires à l’occasion du Mois de l’histoire des Noirs en 2020.

Odebala-Fregene explique sa motivation : « Je me suis engagée dans cette cause parce que j’essaie d’incarner le changement que je veux voir dans le monde. Je suis reconnaissante de la paix qu’apporte ce travail et de l’exemple qu’il fournit pour mes garçons. Ils savent qu’ils n’ont pas à accepter le statu quo. »

L’évêque Jean-Claude Kikongi, un directeur de la publicité de Longueuil au Québec, consacre en moyenne vingt heures par semaine, en dehors de sa profession rémunérée, à servir les 352 membres du « troupeau » de son Église. En tant qu’évêque, Kikongi est le dirigeant de son assemblée locale (connue sous le nom de paroisse), accomplissant des devoirs similaires à ceux d’un pasteur, d’un prêtre ou d’un rabbin, sans toutefois être payé. Il aide chacun des membres de la paroisse dans ses efforts pour suivre Jésus-Christ. Il assiste aussi les membres qui luttent temporairement pour devenir autonomes grâce au programme d’entraide et d’autonomie, et il est chargé des questions pratiques telles que les dossiers, les rapports, les finances et le bon fonctionnement du lieu de réunion où les membres se rassemblent.

Kikongi dit du service bénévole de son Église : « Mon père m’a toujours encouragé à me garder occupé à faire de bonnes choses. […] J’ai dû apprendre à faire confiance au Seigneur et à ne pas me fier à ma « propre sagesse » parce que je ne puis vraiment faire les choses seul. J’apprends à aimer plus inconditionnellement, à reconnaître et à apprécier le caractère unique de chacun. Nous avons tous des défis. La vie est remplie de difficultés. Mais notre Père céleste nous aime tous et nous donne à tous la possibilité de développer notre potentiel infini. »

Le président Russell M. Nelson a récemment encouragé les membres de l’Église à renouveler leur engagement à suivre Jésus-Christ : « Les saints des derniers jours, comme d’autres disciples de Jésus-Christ, cherchent constamment comment aider, édifier et aimer autrui. Les gens qui sont désireux d’être appelés le peuple du Seigneur sont « disposés à porter les fardeaux les uns des autres, […] à pleurer avec ceux qui pleurent, […] et à consoler ceux qui ont besoin de consolation » (Mosiah 18:8-9) » (« Le second grand commandement », conférence générale d’octobre 2019).

Nous vous invitons tous à suivre l’exemple de Jésus-Christ en recherchant des moyens d’aider les autres. Transformez Noël en une saison de service en examinant les suggestions sur #ÉclairerLeMonde.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.