Documentation supplémentaire

Les personnes dépendantes trouvent de l'espoir et de l'aide

Lorsque Jeff (le nom a été changé), médiateur d’un groupe de traitement de la dépendance, s’assoit en compagnie de personnes aux prises avec de telles difficultés, il ne leur dit pas quoi faire : il leur explique plutôt comment il a pu surmonter ses propres dépendances invalidantes et comment rester sobre, un jour à la fois.

Jeff est bénévole dans un programme de traitement de la dépendance mis sur pied par les Services pour la famille de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, un volet social de l’Église.

Ce programme a été élaboré au cours de la dernière décennie pour venir en aide à ceux qui sont aux prises avec toutes sortes de dépendance. Les résultats ont été remarquables.

L’idée d’établir un tel programme dans l’Église a vu le jour dans les années 1970 et 1980 quand la consommation de drogues a commencé à faire la manchette. Des saints des derniers jours, qui ont chacun de leur côté eu des expériences positives lors de rencontres de traitement de la dépendance en douze étapes, ont entrepris d’organiser des groupes pour les saints des derniers jours. Leur succès a commencé à être connu vers la fin des années 1980 et le début des années 1990 quand les médiateurs des groupes ont demandé aux dirigeants locaux de l’Église la permission d’organiser la tenue de réunions dans les bâtiments de l’Église.

En 1993, des dirigeants d’assemblée de saints des derniers jours ont demandé aux Services pour la famille de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours de regrouper tous les programmes de traitement de la dépendance de l’Église, et de leur donner un protocole et des directives uniformes.

 « Ce ne fut rien de moins qu’un miracle », explique Doug LeCheminant, directeur du programme de traitement de la dépendance depuis 2002. « Tous les groupes avaient de bonnes ressources; nous avons donc adopté une démarche concertée. Nous avions tous le même but : aider les gens à surmonter leur dépendance. »

À l’issue de plusieurs années de recherche et de développement, les Services pour la famille ont présenté un nouveau manuel pour tous les groupes de traitement de la dépendance de l’Église intitulé Guide de traitement et de guérison de la dépendance. Ce guide est une adaptation du programme des Douze étapes des Alcooliques Anonymes qui a été restructuré pour traduire la doctrine, les principes et les croyances de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.*

Nannette Wiggins, une bénévole missionnaire, a expliqué que « le Guide est une publication unique dans l’histoire de l’Église. Il a été rédigé par des membres ayant souffert de dépendance qui ont guéri grâce à l’Expiation de Jésus-Christ, avec le soutien de dirigeants de l’Église et de thérapeutes professionnels ». Jeff, pour sa part, a grandi dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, mais il s’en est éloigné quand il était au collège. Après un éveil spirituel, il a commencé à revenir progressivement à l’Église pour en redevenir un membre actif. Il a abandonné l’alcool et le tabac, mais il restait dépendant de la pornographie. « J’ai lutté et me suis débattu avec ce problème », explique-t-il. « J’ai tout essayé et ai lamentablement échoué. »

Comme le programme de traitement de la dépendance de l’Église n’existait pas à cette époque, l’évêque de Jeff (le ministre de son assemblée) lui a suggéré d’assister à un programme de traitement de la dépendance sexuelle en douze étapes. Jeff a accepté. Il s’est rendu à la première réunion les mains moites et l’estomac noué mais, à son grand étonnement, les gens qu’il y a vus étaient des personnes normales comme on en rencontre au travail, à l’église ou à l’école. Pour la première fois de sa vie, il s’est senti suffisamment en confiance pour faire part de son histoire et commencer à travailler sur sa dépendance sans crainte des médisances. (Un principe fondamental du programme en douze étapes et du programme de traitement de la dépendance de l’Église est la confidentialité. Établir un environnement où la confiance règne et où les gens peuvent faire face à leurs difficultés sans craindre d’être ridiculisés ou rejetés est primordial.)

 « Ce qui est fantastique dans ces rencontres de groupe est que tout le monde est dans la même situation », ajoute Jeff. « Personne ne s’est mis à me fuir ni à me détester. Ils m’ont dit : "Je sais ce que c’est. Je comprends ce que tu vis." »

Jeff a bénéficié de l’association avec d’autres membres du groupe qui luttaient contre la même dépendance et qui s’en étaient sortis ou qui étaient sur la voie de la guérison. « Je me suis rendu compte que le programme est ancré dans l’Évangile de Jésus-Christ », a-t-il expliqué.

 « Le processus a été ardu au début, mais après plusieurs réunions à travailler sur chacune des étapes, j’ai pu me libérer de mes dépendances », confirme-t-il. « Je n’ai pas échappé aux tentations, mais je ne me sentais plus poussé à m’y abandonner. J’étais finalement libre de choisir de m’éloigner de ces habitudes malsaines et de faire de meilleurs choix dans la vie. »

Alors qu’il était sur la voie du rétablissement, on lui a demandé d’animer un groupe de traitement de la dépendance des saints des derniers jours sur la pornographie. « Je voulais partager avec d’autres l’expérience, la foi et l’espoir qui m’avaient été transmis », se rappelle-t-il. Le groupe était au départ composé de deux personnes, il mais s’est élargi jusqu’à en comprendre quarante-cinq.

 « Assister aux réunions est déterminant », révèle Jeff. C’est la clé qui permet d’entamer le processus de guérison. Il a fallu du temps dans cet environnement de foi et de témoignage rassurant et réceptif pour que mon cœur s’adoucisse. »

« Après un certain temps, j’ai été en mesure de renoncer à une partie de ma dépendance, et à mesure que ma foi se développait, j’ai commencé à en abandonner de plus grandes parties. Je n’aurais pu acquérir ce genre de foi en lisant des livres ou en écoutant des discours. »

Jeff cite un passage du Livre de Mormon, un ouvrage considéré par les saints des derniers jours comme un complément à l’étude de la Bible, quand il décrit comment les rencontres avec d’autres personnes dépendantes l’ont aidé. « J’ai dû sortir de mon isolement pour "[nous réunir] souvent pour jeûner et pour prier, et pour [nous] parler l’un à l’autre du bien-être de [notre] âme" » (Moroni 6:5).

« Je ne pourrais arriver honnêtement à ces résultats nulle part ailleurs », confie-t-il. « C’est un long processus, mais il fonctionne. »

Selon les Services pour la famille de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, il y a actuellement 1 000 groupes aux États-Unis et au Canada, de même qu’au Mexique, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Angleterre, en Allemagne et en Mongolie. D’autres régions s’apprêtent à mettre sur pied des groupes de traitement de la dépendance, notamment un groupe pour les militaires membres de l’Église en Afghanistan. Plus de 2 000 missionnaires de service pour l’Église et de bénévoles agissent à titre de dirigeants pour le programme. Environ 25 % de ces rencontres sont centrées uniquement sur le traitement de la dépendance à la pornographie. Les autres groupes sont à caractère général et abordent les dépendances aux drogues, à l’alcool, à la nourriture et à d’autres accoutumances. Le Guide sera bientôt disponible en 12 langues, notamment le braille. Plus de 150 000 manuels ont été vendus ou téléchargés depuis février 2006.

Un dirigeant local de l’Église supervise globalement chaque groupe et travaille en collaboration avec un directeur des Services pour la famille. Les rencontres ont lieu au moins une fois par semaine sous la direction de missionnaires et d’animateurs bénévoles (qui sont sobres depuis au moins un an) qui guident la partie des échanges de témoignages.

Selon le directeur de programme LeCheminant, « les rencontres mettent l’accent sur les solutions plutôt que sur les problèmes, en insistant sur le pouvoir de l’Expiation de Jésus-Christ pour surmonter n’importe quelle difficulté ». Les réunions durent environ une heure et sont gratuites. Elles s’adressent à tous, quelle que soit leur affiliation religieuse. Aucune recommandation n’est requise.

*Les Douze étapes ont été adaptées et imprimées avec l’autorisation de Alcoholics Anonymous World Service, Inc.

DOCUMENTATION SUPPLÉMENTAIRE

  • Programme de traitement de la dépendance

               https://addictionrecovery.lds.org/?lang=fra

  • Mesures de santé

http://www.presse-mormons.ca/article/mesures-de-sant%C3%A9

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.