Communiqué de presse

Les mormons honorent les anciens combattants et les troupes actuelles le jour du Souvenir

Commémorer le jour du Souvenir à Raymond, en Alberta, inclut à la fois les plus vieilles et les plus jeunes générations. Chaque année, des membres de la communauté remplissent la salle culturelle de l’édifice local de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. L’orchestre de l’école secondaire joue tandis qu’un groupe de jeunes garçons chantent de vieux refrains de guerre. Un ancien combattant local ou un membre de la famille prend la parole et les dirigeants des Églises de la communauté (incluant les baptistes, les mennonites, et l’Église unie du Canada) offrent les prières. Après le service, tout le monde se rassemble au cénotaphe sur la rue principale.

 

Raymond a été fondée par les premiers pionniers de l’Église et a aujourd’hui une population d’un peu plus de 4 000 habitants, dont plus de 75 pour cent sont mormons.

Le jour du Souvenir, aussi connu sous le nom de jour de l’Armistice, marque la date et l’heure de la fin de la Première Guerre mondiale en 1918. Tous les ans à la 11e heure du 11e jour du 11e mois, des millions de personnes se rassemblent dans des parcs commémoratifs, des salles communautaires, des lieux de travail, des écoles et des foyers pour observer un moment de silence en hommage à ceux qui ont perdu la vie au service de leur pays et en signe de reconnaissance pour le courage de ceux qui servent présentement.

George Thompson, né à Raymond en 1925, s’est joint aux Forces armées canadiennes quand il avait 18 ans. Il servait durant la Deuxième Guerre mondiale, mais a tout juste manqué d’être envoyé au front. Après le décès de son épouse en 2011, le fils aîné de George, Robert, a instauré une tradition familiale : accompagner son père au service du jour du Souvenir annuel de Raymond.

« La meilleure partie du jour du Souvenir, ce sont les anciens combattants », dit Robert. L’évocation du service du 11 novembre 2015 lui rappelle ce qui suit : « Lorsque mon père est entré dans la salle, deux représentants de la GRC dans leur uniforme rouge se sont avancés et l’ont hissé jusqu’à son siège à l’avant de la salle (à la place d’honneur de ceux qui ont servi dans l’armée). Je n’aurais pu être plus fier de mon père et de ces représentants. Sur la tribune se trouvaient des anciens combattants de la Deuxième Guerre mondiale, des Casques bleus de Chypre, du plateau du Golan, du Rwanda et de Bosnie; et des militaires toujours en fonction qui ont combattu en Afghanistan et d’autres qui ont servi dans l’armée des États-Unis. Tous étaient invités à parler de leur service. »

Robert poursuit : « Mon père était avec son vieux copain, "Brownie" Witbeck, qui lui a dit : 'Chaque année il semble que nous perdions un membre de l’ancien groupe.' Mon père est décédé le 27 décembre 2015. Je suis heureux qu’il n’ait pas manqué le jour du Souvenir cette année-là. Cette année, je vais y aller seul et je verserai une larme pour mon père — « Nous nous souviendrons d’eux. »

Bien que les saints des derniers jours croient qu’ils doivent « renonce(r) à la guerre (et) proclame(r) la paix » (voir D&A 98:16), ils croient aussi qu’il est de leur devoir de servir leur pays en protégeant leurs familles et leurs voisins, leurs « maisons et leurs libertés, leurs épouses et leurs enfants, […] les rites de leur culte et leur Église. » (Gordon B. Hinckley, ancien président de l’Église, « La guerre et la paix », conférence générale d’avril 2003). Les mormons ont un engagement à la fois envers la paix et envers la liberté, et pour cette raison, ils « (s’engagent) à défendre la liberté là où elle est en danger. » (Idem)

L’Église soutient ceux qui consacrent leur vie à défendre la liberté et la paix et qui servent honorablement leur pays, à quelque titre que ce soit, et elle prie pour eux.

Porter un coquelicot rouge avant et jusqu’au 11 novembre démontre du respect et le soutien envers les combattants du passé et du présent.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.