Les mormons célèbrent l'anniversaire de la Société de Secours

Les mormons célèbrent l'anniversaire de la Société de Secours

Communiqué de presse

En mars, il y a deux fêtes importantes pour les saintes des derniers jours. Le 8 mars est la Journée internationale des femmes (célébration internationale des accomplissements sociaux, économiques, culturels et politiques des femmes),et le 17 mars est la date de l’organisation de la Société de Secours (l’organisation féminine officielle de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours).

 

Les contributions des femmes façonnent les communautés où elles vivent. Nous reconnaissons les nombreuses femmes dans le monde entier dont les réalisations fortifient les collectivités et changent le monde.

Les saintes des derniers jours se souviennent des paroles du Livre de Mormon : « [Jésus-Christ] les invite tous à venir à lui et à prendre part à sa bonté, et il ne repousse aucun de ceux qui viennent à lui, noirs et blancs, esclaves et libres, hommes et femmes; […] et tous sont pareils pour Dieu » (2 Néphi 26:33). Dans le cadre des célébrations et de l’hommage rendu aux femmes de la Société de Secours, nous soulignons les sages propos de Barbara W. Winder, la onzième présidente générale de la Société de Secours de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours : « Il est possible d’atteindre l’unité dans la diversité et la diversité dans l’unité. Nous n’avons pas à être toutes semblables pour nous sentir comme des sœurs. »[1]

En l’honneur de la célébration de ces deux événements importants suivent neuf histoires de saintes des derniers jours ordinaires qui font des choses extraordinaires. Cliquez sur les liens ci-dessous pour lire chacune des histoires.

                                                                   

Eileen Bell

L’organisation de la Société de Secours a été fondée en 1842 à Nauvoo, en Illinois, et compte actuellement plus de 7,1 millions de membres dans plus de 170 pays et territoires. [2] Au Canada, d’un océan à l’autre, des milliers de femmes appartiennent à l’une des plus anciennes et des plus importantes associations du monde.

Eileen Bell est commentatrice de nouvelles à la radio, à Edmonton en Alberta, et chroniqueuse depuis 40 ans. Elle aime la radio parce qu'elle a l'occasion de rencontrer et d’interviewer beaucoup de personnes intéressantes. >>Lisez l’histoire d’Eileen Bell.



 

                                                                       

Karen Pruden Shirley

La sainte des derniers jours Laurel Thatcher Ulrich, historienne lauréate du prix Pulitzer, a dit : « Les femmes ont toujours contribué à l'économie de la société — toujours! » Son conseil aux femmes  : « Épanouissez-vous là où vous êtes plantées. »[3]

Karen Pruden Shirley est une Métis résidant  à Langley, en Colombie-Britannique. Elle est avocate maintenant à la retraite après une carrière dans le droit autochtone. Elle est récipiendaire de la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elisabeth II. >>Lisez l'histoire de Karen Pruden Shirley.

 

                                                                      

Lindsay Luc

La devise de la Société de Secours est : « La charité ne périt jamais. » Dans un discours à la Société de Secours féminine de Nauvoo, Joseph Smith a souligné la charité et la pureté : « Laissez votre coeur s'ouvrir — laissez-le s'ouvrir aux autres. »[4]

Lindsay Luc est bénévole à la division québécoise de la Croix-Rouge canadienne. Elle est aussi membre du conseil d'administration de Religions for Peace. >>Lisez l'histoire de Lindsay Luc.






 

                                                                     

Esther Caron

Eliza R. Snow, deuxième présidente générale de la Société de Secours, a transmis ce message aux femmes : « Chacune d'entre nous a le devoir d'être une sainte femme. »[5]

Esther Caron est une danseuse professionnelle et la présidente de Primaire de son assemblée locale. Elle enseigne la danse depuis plus de dix ans dans la région d'Ottawa–Gatineau. >>Lisez l'histoire d'Esther Caron.





 

                                                                    

Vesna Sokol Higham

« En plus de leurs actions caritatives, les saintes des derniers jours de Nauvoo se sont engagées dans leur première action politique collective. »[6]  Les femmes savaient qu'on avait besoin de leur voix en politique et ont donc signé des pétitions, demandé réparation auprès du gouvernement et finalement travaillé d'arrache-pied comme suffragettes pour garantir le droit de vote pour les femmes.

Vesna Sokol Higham, conseillère municipale à Red Deer en Alberta, espère bâtir une meilleure communauté pour ses enfants et leurs enfants en laissant un héritage de vision, d'intégrité et d'engagement et, plus encore, de foi. >>Lire l'histoire de Vesna Sokol Higham.


 

                                                                   

Deborah Northcott

Tout au début de la Société de Secours, « l'état de pauvreté prolongé des réfugiés du Missouri, et l'influx des immigrants convertis en provenance des îles Britanniques, ont nécessité et élargi le ministère [de la Société de Secours] auprès des pauvres. »[7]

Deborah Northcott et son mari, de Medicine Hat en Alberta, a cofondé Canadian Humanitarian, une œuvre caritative canadienne apolitique et non religieuse. Depuis 2009, elle y est bénévole à temps plein. Elle a créé le modèle Holistic Child Centered Network (réseau global centré sur les enfants) qui offre un soutien émotionnel et physique aux enfants vulnérables qui réintègrent l’école, afin  d’augmenter le taux de complétion de leur éducation primaire ou secondaire. >>Lire l'histoire de Read Deborah Northcott’.

 
                                                                  

Rachel Desjourdy

« Les procès-verbaux de la Société de Secours de Nauvoo témoignent avec force des activités de bienfaisance découlant des besoins spécifiques que ses membres avaient rapporté et dont ils avaient discuté. »[8]

Rachel Desjourdy travaille à soutenir les étudiants de l’université afin que leur expérience universitaire soit une réussite malgré des difficultés liées à un handicap, à une maladie chronique ou à un problème de santé mentale.>>Lire l'histoire de Rachel Desjourdy.





 
                                                                 

Dr Lorraine Wright

« Les premières membres de la Société de Secours ont œuvré pour financer une formation médicale pour les femmes. » Plus tard, ces efforts se sont élargis pour inclure des organismes sociaux publics et privés et un « programme de formation plus varié et plus large. »[9]

La Dr Lorraine Wright habite à Calgary, en Alberta, et voyage au pays et à l'étranger pour enseigner à des professionnels de la santé comment soutenir les familles aux prises avec de graves maladies. >>Lire l'histoire de Lorraine Wright.


 

                                                                

Betty Wang

Le travail bénévole de Betty Wang, de Vancouver en Colombie-Britannique, auprès des nouveaux arrivants lui permet d’affermir sa foi de sainte des derniers jours. >>Lisez l'histoire de Betty Wang.








 

Brittany A. Chapman, historienne au Département d'histoire de l'Église, a parlé des fondatrices de la Société de Secours : « Ces femmes laissent derrière elles un héritage qui peut nous inspirer et nous fortifier. Lorsque nous nous souvenons de leurs histoires, nous nous en imprégnons et elles nous aident à avoir une vie meilleure. »]  Puissent ces histoires modernes de saintes des derniers jours inspirer chacune d'entre nous à  poursuivre la tâche considérable de bâtir et de fortifier les communautés.


[1] Peterson, J. et Gaunt, L. (2008). Faith, Hope, and Charity. Utah : Covenant Communications.

[4] Mulvay Derr, J., Cornwall Madsen, C., Holbrook, K. et J. Grow, M. (2016). The First Fifty Years of Relief Society (xxi)Utah : Church Historian’s Press.

[5] Ibid., p. 8.

[6] Ibid., p. 384.

[7] Ibid., p. 7.

[8] Ibid., p. 8.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.