Communiqué de presse

Les jeunes Mormons canadiens suivent le conseil de mieux respecter le jour du sabbat

Cet article est le deuxième d’une série de quatre sur une observance plus résolue du jour du sabbat.

Les jeunes de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours du Canada ont trouvé force et renouveau en mettant en pratique les conseils récents sur une meilleure observance du sabbat.

En avril 2015, Russell M. Nelson, le président du Collège des douze apôtres, a demandé aux membres de l’Église : « Qu’entendait le Sauveur lorsqu’il a dit que "le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat? " Je crois qu’il voulait que nous comprenions que le sabbat était le don qu’il nous offrait, nous accordant un vrai répit dans les difficultés de la vie quotidienne et la possibilité de nous ressourcer spirituellement et physiquement. » (Le sabbat est un délice, conférence générale d’avril 2015).

Le sabbat peut être un véritable répit dans l’horaire chargé de la jeunesse actuelle. Emmara Mamic (15 ans), de Prince George, en Colombie-Britannique, pense que c’est une merveilleuse bénédiction que de pouvoir faire une pause, de se concentrer sur notre Père céleste et Jésus-Christ, de renouveler des alliances et de prendre un nouveau départ pour la semaine. Elle dit : « J’aime pouvoir ressentir l’Esprit en prenant la Sainte-Cène, en lisant les Écritures, en priant, en rendant service aux autres et en passant du temps avec ma famille. »

Emily Ripley (17 ans), de Port Elgin, en Ontario, pense que le sabbat est une occasion de recharger ses batteries pour la semaine à venir. Elle essaie de se concentrer sur ce qu’elle peut faire le jour du sabbat plutôt que sur ce qu’elle ne peut pas faire. Elle aime passer du temps en famille, inviter des gens à souper, chanter des cantiques de l’Église et lire des livres inspirants. Elle essaie de limiter son utilisation de la technologie aux recherches de son histoire familiale, aux messages mormons sur le Mormon Channel et à l’étude de documentation en rapport avec l’Église.

Restreindre son utilisation de la technologie durant le sabbat – ce qui peut être tout un sacrifice pour des jeunes tellement connectés numériquement – est aussi important pour Wyatt Stoodley, de Smiths Falls, en Ontario, qui a 16 ans. Wyatt a remarqué qu’en réalisant de tels changements, sa foi et son témoignage ont grandi, sa capacité à résister aux tentations s’est accrue et ses notes d’école sont meilleures.

La compréhension et l’engagement de ces jeunes à observer le sabbat sont remarquables et créeront une ligne directrice pour le restant de leurs jours. Ce modèle a largement été influencé par l’exemple de parents et de dirigeants aimants.

Elder G. Lawrence Spackman, un membre des Soixante-dix de l’Église au Canada, explique comment l’exemple de son père l’a poussé à observer le sabbat tôt dans sa vie : « Lorsque j’étais jeune, je me souviens que mon père a décidé de ne pas renouveler l’abonnement de saison, qu’il avait depuis longtemps, de notre équipe de football locale lorsqu’ils ont annoncé qu’ils joueraient certaines parties le dimanche. Il aimait beaucoup notre équipe de football, mais il aimait encore plus le Seigneur. C’était un signe de fidélité qui m’a fortifié depuis lors. »

Tout comme il en a été avec Elder Spackman, une habitude bien ancrée de l’observance du sabbat a été inculquée à Kristalyn Goth (16 ans), de Lethbridge, en Alberta, lorsqu’elle était jeune. Observer correctement le sabbat est important pour Kristalyn car : « Le dimanche est un jour mis à part pour se rappeler notre Sauveur. Lorsque nous faisons des activités qui nous aident à nous souvenir de lui, nous devenons plus semblables à lui. »

En observant le sabbat avec respect, ces jeunes Mormons canadiens essaient chaque jour de ressembler davantage à Jésus-Christ. Ils ont remarqué qu’ils sont plus gentils et plus empathiques envers les autres et que leurs familles ressentent plus de paix et de joie. « Il n’y a pas que moi qui reçois des bénédictions, dit Emily Ripley, mais tous ceux qui m’entourent. Ils ont une attitude plus positive envers le sabbat et tout ce qu’ils font. […] C’est une cascade de bénédictions et de bonheur. »

 « Nous savons que nous devons être des exemples de fidélité parmi les membres de notre famille, nos voisins et nos amis, où que nous vivions. » (Le sabbat est un délice, conférence générale d’avril 2015).

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.