Communiqué de presse

Le sabbat est un délice pour les Mormons canadiens

Cet article est le troisième d’une série de quatre sur une observance plus résolue du jour du sabbat.

Il y a près d’un an, Russell M. Nelson, le président du Collège des douze apôtres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, a donné un discours historique intitulé « Le sabbat est un délice » à la conférence générale semestrielle de l’Église. Le président Nelson y avait invité les membres de l’Église à mieux observer le jour du sabbat. Quelques membres adultes canadiens de l’Église ont récemment partagé avec la Salle de presse mormone ce qui les motive à respecter le sabbat et les bénédictions qui en découlent.

Elder James E. Evanson, un Soixante-dix d’interrégion de l’Église au Canada, croit que le fait d’observer le sabbat apporte de la joie dans sa vie. Il l’exprime ainsi : « Ésaïe nous encourage à faire du jour de sabbat un délice. J’aime ce mot puisqu’il me rappelle que le dimanche doit être un jour empli de joie. La joie du sabbat se manifeste pour moi de quatre manières. Premièrement, cela me permet de mettre de côté mes soucis temporels. Deuxièmement, ma famille devient le point central de la journée pendant laquelle nous pouvons partager des rires, des moments empreints de spiritualité, des actes de service et passer du temps ensemble. Troisièmement, le sabbat est un jour extraordinaire pour servir les autres et partager notre témoignage. Quatrièmement, et c’est le plus important, je peux prendre la Sainte-Cène et ressentir la joie du sacrifice expiatoire de notre Sauveur, Jésus-Christ. Vraiment le sabbat est un délice. »

Convenablement observé, le sabbat donne à Ardith Kinney, une membre de l’Église d’Annapolis Valley en Nouvelle-Écosse, une occasion de se concentrer sur ce qui est le plus important pour elle. « Compte tenu de toute l’agitation de la semaine, dit Kinney, observer le sabbat me permet de faire une pause et de réfléchir davantage sur l’expiation du Sauveur. Chanter des cantiques et prendre la Sainte-Cène apaise mon esprit, tandis que communier avec mes frères et sœurs – jeunes et vieux – me rappelle que je suis une fille aimée dans la famille de mon Père céleste. »

Une des choses qui a changé dans l’observance du jour du sabbat pour Kinney est la préparation de ses leçons de la Primaire le dimanche après-midi plutôt que durant la semaine. Elle trouve que cela lui donne plus de temps pour réfléchir sur ses leçons pendant le reste de la semaine et de faire les changements nécessaires. Elle s’assure ainsi que ses leçons sont efficaces pour les enfants à qui elle enseigne, ce qui a pour résultat de lui donner une plus grande confiance et la paix de l’esprit.

Bill Onofrychuk, un membre de l’Église de Kanata en Ontario, dit qu’il aime aussi pouvoir se concentrer sur l’expiation et prendre la Sainte-Cène le dimanche. Il aime également passer du temps durant le sabbat à lire les Écritures, à prier, et à écouter des messages de l’Évangile durant les réunions de l’Église, ce qui l’aide à mieux connaître Dieu. Il souligne que l’observance appropriée du jour du sabbat lui permet aussi d’établir une meilleure relation avec les membres de sa famille : « Nous sommes des gens occupés. Quand nous arrivons au dimanche, toutes les tâches de la semaine sont derrière nous. Je peux entreprendre la journée sans avoir à penser à quoi que ce soit d’autre qu’à contempler ma relation avec Dieu et à réfléchir à mon rôle de mari et de père. »

Au cours de la dernière année, Onofrychuk a changé sa manière d’observer le sabbat en révisant ses leçons du dimanche à l’avance et en méditant sur l’expiation tout au long de la semaine. Durant le sabbat, il se concentre aussi plus sur sa famille en appelant ceux qui vivent loin, en faisant des recherches en histoire familiale avec son épouse et ses quatre enfants, en écrivant dans son journal et en prenant place au piano avec sa famille. Depuis qu’Onofrychuk a opéré ces changements, il a remarqué qu’une plus grande paix régnait dans son foyer. « Je sens que je suis simplement une meilleure personne quand je suis l’Évangile et que j’observe le sabbat », dit-il. « Je suis plus près de ma famille. (…) Il m’est difficile d’être éloigné d’eux quand je suis au travail durant la semaine. Le sabbat est le jour où je peux renouer avec eux pour faire grandir et solidifier notre relation. »

Elder Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, a conseillé ceci : « Pendant six jours durant la semaine nous sommes souvent, malheureusement, très occupés par nos activités personnelles. Le sabbat nous aide à nous tourner vers le Seigneur, vers nos familles, vers ceux qui sont dans le besoin. Tirez parti de ce répit dans votre routine. Vous en avez besoin. Et d’autres ont besoin de vous. » (« Upon My Holy Day » – en anglais)

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.