Communiqué de presse

Le mormonisme en action : soutien à des familles fuyant la persécution

Même avant que leur soit donné ce sage conseil durant la conférence générale d’avril 2016 de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, les membres de l’Église du Canada se mobilisaient afin de venir en aide aux réfugiés arrivant en grand nombre dans leurs communautés.

Nous rapportons ici différents actes de bienveillance, de partage et de créations de liens avec des familles – des gestes visant à aider autrui à commencer une nouvelle vie dans un pays étranger au grand cœur.

Saint Jean, au Nouveau-Brunswick

Grâce à une application de traduction pour téléphone portable, Eleanor et Reg Hilchie de Saint Jean, de même que Linda Gordon, ont tissé des liens avec une jeune famille syrienne avide d’apprendre tout ce qu’elle pouvait au sujet de sa nouvelle patrie. Reg les a même initiés à un des passe-temps favoris des Canadiens en emmenant le père et un autre ami syrien à une joute de hockey.

Brampton, en Ontario

Pendant un projet de service organisé par le pieu de l’Église d’Oshawa en Ontario, les jeunes de 16 à 18 ans ont assemblé plus de 300 trousses d’accueil pour les enfants syriens. Les trousses comprenaient du papier, des livres, des stylos, des marqueurs, des pochoirs, des créations en origami et une lettre de bienvenue manuscrite.

Avant d’assembler les trousses, les jeunes ont regardé une vidéo sur les défis qu’affrontent les réfugiés syriens dans leur pays dévasté par la guerre. L’idée derrière le projet était de fournir aux jeunes syriens le matériel artistique de base visant à les aider à guérir par la créativité et à ressentir la paix dans leurs nouveaux foyers.

Portage la Prairie, au Manitoba

L’Église, en partenariat avec d’autres Églises et groupes communautaires de la Portage and Area Refugee Coalition, a accueilli des familles de réfugiés à Portage la Prairie. Le groupe a amassé approximativement 50 000 $ et s’est préparé à accueillir deux familles syriennes de cinq personnes.

Les membres et les missionnaires de l’Église ont contribué en recueillant des dons de jouets, en faisant des réparations mineures aux logements, en peignant l’intérieur d’une des maisons et en faisant l’entretien de l’aménagement paysager des habitations.

De gauche à droite : Elder Bradley Talbot, Elder Brody Moore et Dennis Wiens © Avec la permission d’Elder Brody Moore

« Cela a été merveilleux de venir en aide et de démontrer de l’amour à ceux qui proviennent d’un endroit très dangereux », a expliqué le missionnaire à plein temps Elder Brody Moore. « Le sentiment de solidarité et l’élan de sollicitude démontrés dans les nombreux actes de la Coalition m’ont montré que l’amour de Dieu est ressenti par beaucoup de personnes », a ajouté son compagnon, Elder Bradley Talbot.

Guelph, en Ontario

Au début de 2016, une présentation sur le soutien aux réfugiés donnée par le Dr Imam Arab, un éminent dirigeant musulman de la région de Water-Wellington, a conduit à établir des liens permanents entre Michael Clifton (le directeur local des affaires publiques de l’Église), Stacy Cattran (la présidente locale de la Société de Secours) et des organisations interconfessionnelles de la région afin d’assurer l’aide nécessaire aux familles de réfugiés.

Grâce à l’appui du président de pieu de Kitchener en Ontario, David Thomas, les services humanitaires de l’Église et LDS Charities ont fait don de 21 000 $ afin d’acheter des fournitures scolaires, des berceaux, des matelas et des lits jumeaux pour les 76 familles de réfugiés qui s’installaient dans la région du sud-ouest de l’Ontario.

Halifax, en Nouvelle-Écosse

En février, un groupe de 30 mormons, parents, enfants, étudiants universitaires et missionnaires ont trié des dons dans un centre d’Halifax afin d’aider les familles de réfugiés. L’on trouvait parmi les milliers de dons des articles ménagers de première nécessité, des vêtements, des meubles, des articles de toilette et des fournitures scolaires.

« C’est le groupe le plus nombreux, toutes organisations confondues, qui ait fourni de l’aide, a dit un des coordinateurs du centre. Ce sont d’excellents travailleurs. Ils nous ont permis d’obtenir une avance de deux semaines sur notre échéancier de distribution. »

Lethbridge, en Alberta

Depuis janvier, l’Église à Lethbridge tient un programme de loisirs deux après-midi par semaine, attirant jusqu’à 40 enfants réfugiés de 6 à 20 ans. Le gymnase est utilisé pour le soccer et le basketball, tandis qu’une autre salle est utilisée pour colorier, et faire des casse-têtes et de l’artisanat.

Une famille de l’Église a fait don d’un ballon de soccer à chacune des familles de réfugiés. Une autre famille de l’Église a acheté des poupées pour les filles.

Les enfants réfugiés aiment pratiquer l’anglais avec les bénévoles. Une des premières phrases que ces enfants ont apprises et qu’ils expriment souvent est : « Je vous aime ».

Gatineau, au Québec

Les membres et les amis de l’Église de Gatineau ont participé à une collecte organisée par la ville afin de ramasser des biens pour les réfugiés. Ils ont rempli une remorque de jouets, de meubles et de petits électroménagers.

Les jeunes filles mormones de la région ont tricoté avec amour des foulards d’hiver pour les réfugiés arrivant dans la région. Elles n’avaient jamais tricoté auparavant, alors cela leur a pris de 12 à 15 heures pour faire un foulard. Sonia Bruyère, une des jeunes bénévoles a exprimé ce qui suit : « C’est plus qu’un simple foulard qui aurait été fabriqué par une machine. Dans ce foulard, il y a toutes mes pensées et mon amour pour la personne [qui] va le recevoir. »

Pris individuellement, ces petits gestes de gentillesse peuvent sembler bien peu. Toutefois, lorsque l’on touche quelques vies par le service désintéressé, le monde se porte mieux et cela nous rappelle que « c’est par des choses petites et simples que de grandes choses sont réalisées » (Alma 37:6). 

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.