Jeter des ponts sacrés : une expérience musicale interconfessionnelle

Jeter des ponts sacrés : une expérience musicale interconfessionnelle

Communiqué de presse

« Building Sacred Bridges : An Interfaith Musical Experience » (Jeter des ponts sacrés : une expérience musicale interconfessionnelle) a marqué la fin d’une autre célébration fructueuse de la Semaine mondiale de l’harmonie interconfessionnelle des Nations Unies à Calgary, en Alberta. Deux concerts, tenus à la Knox United Church et à la synagogue Beth Tzedec, soutenaient le projet d’Habitat pour l’humanité du sud de l’Alberta de construire des logements abordables pour les familles dans le besoin de la région.

 

Parmi les chorales et les artistes invités des communautés religieuses de Calgary, notons le All God’s Children Choir rassemblant des enfants de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et de la synagogue Beth Tzedec.

Étaient aussi présents la chorale United in Song, les chanteurs de la Lutheran Church of Our Saviour, la Dre Harjot Singh, le chœur St. Bonaventure, la chorale Adorare, la chorale UUphonia, le chœur Chor Vida, ainsi que Zamram et Harmony Through Harmony.

« À sa façon, la musique touche notre âme et nous permet de nous rapprocher de Dieu », a fait remarquer le soixante-dix d’interrégion mormon Elder G. Lawrence Spackman, qui est aussi membre du Conseil interconfessionnel de Calgary. « Dans plusieurs religions, la musique est une façon de prier. Grâce à la musique, nous avons entendu plusieurs belles prières de diverses traditions religieuses qui nous permettent de nous apprécier les uns les autres. L’un des meilleurs moments pour moi a été d’entendre le chœur combiné d’enfants juifs et mormons, spécialement lorsque l’assemblée multiconfessionnelle a été invitée à se joindre à eux pour chanter « Je suis enfant de Dieu ». Ce fut une soirée magnifique enrichie d’une cause juste : offrir des maisons à des familles dans le besoin. »

Tout au long de la Semaine mondiale de l’harmonie interconfessionnelle de 2018, les Calgariens ont été invités à participer à des événements tels que des repas interconfessionnels, un service de prière dans une école islamique AJC de Calgary, la construction de maisons pour Habitat pour l’humanité, un atelier sur l’histoire autochtone organisé par KAIROS et un projet de service d’une banque alimentaire de Calgary. Des dialogues multiconfessionnels à l’Université Mount Royal et à l’église catholique St. John the Evangelist ont aussi été organisés. Treize communautés religieuses ont accueilli le public au cours de portes ouvertes dans des endroits de culte à travers la ville.

Le rabbin Shaul Osadchey de la synagogue Beth Tzedec a expliqué : « La Semaine mondiale de l’harmonie interconfessionnelle des Nations Unies de 2018, parrainée par le Conseil interconfessionnel de Calgary, est devenue le premier événement interconfessionnel en importance de Calgary et un exemple de la façon dont les diverses traditions religieuses peuvent promouvoir le respect, la compréhension et l’harmonie pour améliorer le bien commun. »

 « Par la prière, le dialogue et des programmes de justice sociale, la Semaine mondiale de l’harmonie interconfessionnelle démontre comment la collaboration interconfessionnelle peut dissiper l’obscurité de l’intolérance, des préjugés et de l’hostilité qui menacent de submerger notre monde. Plutôt que d’être une cause de conflit, les relations interconfessionnelles peuvent encourager l’espoir d’un avenir de paix », a ajouté le rabbin Osadchey.

En 2017, le Conseil interconfessionnel de Calgary a reçu le premier prix du roi Abdullah II de Jordanie pour la Semaine mondiale de l’harmonie interconfessionnelle des Nations Unies. La ville de Calgary a délégué le rabbin Osadchey, la révérende Debra Faulk et l’imam Fayaz Tilly à Amman, en Jordanie, pour recevoir la distinction au nom du Conseil interconfessionnel de Calgary.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.