Nouvelles Histoire

Faire le « deuxième mille » devient une habitude chez les Mormons d’Etobicoke

Spencer W. Kimball, le douzième président de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, a dit : « Ma vie est comme mes chaussures : elle est faite pour être usée dans le service. […] Aucun de nous ne doit être occupé par ses tâches dans l’Église au point de ne pas trouver le temps de rendre des services chrétiens à son prochain. » (Enseignements des présidents de l’Église : Spencer W. Kimball, 2006).

Poussés vers un humble service chrétien, les membres de l’assemblée d’Etobicoke en Ontario se sont donné pour but en 2015 de faire des actes de générosité exigeant de faire le « deuxième mille » – des gestes qui sont hors de leurs tâches habituelles ou qui les sortent de leur zone de confort – dans la communauté et au sein de leur assemblée.

Les membres de l’Église se sont regroupés afin de faire preuve d’un humble service chrétien, que ce soit en prêtant de l’argent à un ami pour qu’il s’achète un biscuit, en lavant la vaisselle dans une organisation locale qui nourrit des sans-abri, en donnant des leçons de gymnastique gratuites à quelqu’un qui ne peut pas se les payer, en offrant le microfinancement d’un prêt, en faisant don de meubles et d’autres articles ménagers à de nouveaux immigrants provenant d’Afghanistan ou de Syrie, en aidant à tailler et à coudre des couvertures pour un refuge de sans-abris, en rassemblant des articles pour des trousses d’hygiène ou, pour un enfant qui aide sa mère, en restant tranquille afin de ne pas réveiller le bébé.

Quoiqu’un simple acte de service puisse paraître négligeable en soi, travailler ensemble vers un but commun axé sur le service a ouvert les yeux et le cœur des gens sur tout le bien fait dans la communauté. Entendre parler des actes de générosité des autres – tels que peindre d’une jolie couleur les ongles d’orteil d’une femme enceinte, offrir des chocolats à une brigadière ou aider un voisin à réparer sa vieille voiture – donne des idées aux gens sur la façon d’aider à leur tour ceux qui les entourent, suscitant de l’enthousiasme et donnant de l’élan à l’effort combiné.

Keeley Brooks a compris davantage en quoi consistait le service quand elle a pris part au projet. « Au cours de l’année où l’attention se portait sur le service concret envers les autres, il est devenu plus clair que le service se manifeste par ce que l’on est plutôt que par ce que l’on fait. On peut rendre service à autrui sans ressentir quoi que ce soit, ou même en ayant du ressentiment, mais là où le changement se produit chez quelqu’un, c’est quand cette personne s’efforce d’avoir de la charité – c’est-à-dire l’amour pur du Christ – pour celui ou celle à qui elle rend service. Ce service véritable et sincère élève à la fois la personne qui donne et celle qui reçoit. »

Quoique les Mormons d’Etobicoke aient dépassé leur objectif, le projet de service de 2015 n’avait rien à voir avec les chiffres. Le succès a été obtenu quand les membres de l’assemblée ont développé l’habitude de rendre service et ont réalisé que nous sommes tous responsables les uns des autres et que nous pouvons changer une vie, et même le monde, par un geste de bonté à la fois.

Les Mormons croient que lorsqu’ils sont au service de leurs semblables, ils sont simplement au service de leur Dieu (voir Mosiah 2:17).

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.