Histoire Vedette

Elder L. Tom Perry : un homme ordinaire avec un appel extraordinaire

Il y a deux choses que remarquaient immédiatement tous ceux qui ont rencontré L.Tom Perry, 92 ans, pour la première fois, sa taille impressionnante et son sourire.

On s’est vite rendu compte qu’un travail acharné et un enthousiasme dynamique à servir les autres étaient les caractéristiques de la vie de cet apôtre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, une Église regroupant plus de quinze millions de membres dans le monde.

L Tom Perry a dit : « Je suis simplement un homme tout à fait ordinaire avec l’appel extraordinaire de tendre la main à mon prochain et de témoigner du Sauveur. » Pour parler de l’humilité de son père, son fils, Lee Perry, a dit qu’un de ses dictons préférés, en dépit de tout ce qu’il avait accompli dans la vie, était : « Je suis aussi ordinaire que la poussière. »

L. Tom Perry était l’un des douze membres du Collège des douze apôtres qui aide à diriger l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. L'organisation de l’Église aujourd'hui est similaire à  l’Église primitive de Jésus-Christ avec des prophètes et des apôtres.

L. Tom Perry a servi dans ce Collège depuis le 6 avril 1974.

Quentin L. Cook du Collège des douze apôtres se rappelle la gentillesse d'Elder Perry avec les autres membres du Collège. « Il était très attentionné envers les nouveaux membres du collège », a dit Elder Cook. Cinq d’entre nous sont un peu plus jeunes que les autres et Elder Perry, par taquinerie, disait parfois en parlant de nous « les gamins », mais il est clair qu’il nous respectait pleinement en tant que membres du Collège des douze apôtres. Il était un modèle. Il nous encourageait. »

Son dévouement à servir lui est venu très tôt dans la vie. L. Tom Perry a grandi à Cache Valley, en Utah, dans une famille de six enfants. Comme beaucoup de jeunes, il avait un travail : il distribuait les journaux du matin. Et rien ne pouvait l’empêcher de distribuer le journal à chaque maison qui lui était attribuée, même lors d'une tempête et cinquante centimètres de neige. C’est ce que mère nature lui a réservé par un froid matin où Tom Perry, déterminé, a passé une heure à marcher péniblement dans une neige humide, à hauteur de genoux, pour distribuer un seul journal à une maison située à un kilomètre de la route.

Ce genre de dévouement inébranlable était l’échafaudage qui soutenait la personnalité d'Elder Perry. Après son retour d’une mission de deux ans pour l’Église dans le nord des États-Unis, il s’est immédiatement engagé dans le Corps des Marines et a servi pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il était dans la première vague de Marines à débarquer au Japon après la signature du traité de paix, à la fin de la guerre. Il a décrit la dévastation de la ville de Nagasaki comme l’une des plus tristes expériences de sa vie. La mort et le manque de nourriture avaient laissé un grand nombre d’enfants japonais livrés à eux-mêmes.

« Chaque soir, nous trouvions des petits enfants fouillant nos poubelles. Ils cherchaient de quoi se nourrir. Ils essayaient de s’échapper mais on les rattrapait, on les ramenait au camp et on leur donnait un vrai repas et on les aidait à se sentir bien », dit-il. Peu après, L. Tom Perry et ses compagnons ont participé à l’organisation d’un orphelinat, avec les sœurs de l’Église catholique, afin de prendre soin de ces enfants.

Mais son service ne s’est pas arrêté là. L. Tom Perry ne parlait pas le japonais, mais il pouvait se servir d’un marteau et plâtrer des murs, donc, en utilisant sa détermination et son enthousiasme naturels, il s'est joint à un groupe de soldats qui ont reconstruit des églises chrétiennes au cours de leur temps libre. Il se souvient, en particulier, d’avoir réparé une chapelle protestante et d’avoir permis au pasteur de retrouver son assemblée.

« J’ai eu l’occasion d’être le premier orateur lorsque l’assemblée s’est réunie à nouveau et je leur ai recommandé de suivre leur pasteur. »

Quand le moment de quitter Nagasaki est arrivé pour les soldats, environ deux cents membres de cette assemblée se sont alignés le long de la voie de chemin de fer en chantant La lutte suprême et, tandis que le train passait devant eux, ils ont touché les mains d'Elder Perry et de ses compagnons en signe de gratitude.

Comme beaucoup de militaires américains, L. Tom Perry est revenu de la guerre pour se marier, avoir une famille et gagner sa vie. Il a épousé Virginia Lee le 18 juillet 1947, et ils ont eu trois enfants. Il a obtenu un baccalauréat en finances de l'Utah State Agricultural College et pensait devenir banquier. Mais des occasions l’ont mené dans le secteur de la vente au détail, où il a excellé dans de nombreux postes de direction. Sa carrière a été marquée par cette même attitude positive et cet engagement de foi qui avaient été établis dans la neige profonde, quand, jeune homme, il livrait des journaux.

William T. French, le président du conseil d'administration de First National Stores, a fait cette observation à propos de ses employés : « Je voudrais dire que la différence entre Tom Perry et n’importe qui d’autre avec qui nous avons collaboré a été la manifestation enthousiaste et constante de sa foi chrétienne. Il a toujours su que les problèmes d’aujourd’hui étaient relativement peu importants dans l'ensemble et il les résolvait de manière énergique et joyeuse. »

L. Tom Perry s'est adonné de cette même manière joyeuse à ses loisirs. Lorsqu’on parlait de sport, le sourire d'Elder Perry s’élargissait et une lumière éclairait ses yeux.

Lee Perry a dit : « Il acceptait tout avec tant de joie que c’était très contagieux, et c’est le genre d’exemple qu’il a toujours été pour […] tous les membres de notre famille. »

Bien qu’il ait dit qu’il n’était pas un très bon athlète, cela n’a pas diminué son amour pour tous les sports. Il dit qu’il a profité de son temps sur la touche pendant sa carrière de joueur de volley-ball pour affiner un de ses talents. « J’étais le plus enthousiaste de l’équipe. Je pouvais enflammer les joueurs et la foule juste en étant assis sur le banc. »

L. Tom Perry a déménagé avec sa famille à Boston en 1966 et s’est retrouvé au milieu de ce qu’il appelle « l’apogée » du sport dans cette ville. Il a suivi de près les Red Sox dans leur quête de la Série  mondiale, Bill Russell et les Celtics, et Bobby Orr et les Bruins de Boston. Il est resté un partisan toute sa vie, si bien qu’en 2004, après avoir été invité à lancer la première balle à un match des Red Sox, il a immédiatement commencé à s’échauffer le bras. « C’est une joie immense que je n’aurais jamais pensé avoir », a-t-il dit.

Virginia, la première femme de L. Tom Perry, est décédée en décembre 1974, peu après l'appel d'Elder Perry au Collège des douze apôtres. Il a épousé Barbara Dayton en 1976.

L. Tom Perry a parcouru de nombreux chemins dans sa vie et a apprécié rencontrer des gens de toutes nations, situations et religions dans le cadre de son appel d’apôtre. Il s'en tenait à un emploi du temps précis parce que, comme il l'a dit : « Ce que j’aime le plus est d’être avec les gens. J’aimerais plutôt serrer des mains que de faire des discours. »

Lorsqu’on lui a demandé quel serait le message qu’il pourrait donner aux autres, il a répondu : « Restez fermes à garder les principes que notre Seigneur et Sauveur nous a enseignés. Ne faites pas de compromis avec ses principes. Ne pensez pas que vous êtes suffisamment intelligents pour changer sa loi et ses directives, parce que cela ne marchera jamais. Presque six mille ans ont prouvé que, chaque fois que des personnes se détournent de la voie qu’il nous a montrée depuis le début, elles ne trouvent que chagrin, déception et découragement et ne sont presque jamais heureuses. »

Lee, le fils d'Elder Perry, observe que son père a vécu comme quelqu’un qui avait une intention pure. Il dit que c’est peut-être la raison pour laquelle l’apôtre qui se décrivait comme « ordinaire » était vraiment tout à fait « extraordinaire ».

« Cela m’a toujours impressionné que mon père n’ait jamais demandé à une assemblée de faire quelque chose que lui-même n’avait pas fait. Pour moi, c’est un témoignage d’intégrité profonde. Il est si facile d’enseigner et d’expliquer des principes corrects, mais le fait de respecter les commandements est intrinsèquement convaincant. La rigueur, la vraie mesure de la personnalité d’un homme, vient quand cet homme met en pratique les principes au même niveau qu’il les prêche. Selon ce que j’ai observé, mon père l’a fait. »

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.