Des familles de diverses religions partagent l’importance de leur foi

Communiqué de presse

On a demandé à six familles de différentes confessions d’exprimer la place qu’occupe leur foi dans leur vie. Quoique leurs traditions religieuses diffèrent grandement, ces familles ont plusieurs points en commun. L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours se réjouit des familles qui incarnent les meilleures qualités de leur religion et qui vont vers les gens afin de rendre service à leurs communautés.

 

Heather et Les Fenyes ont trois enfants âgés de 22 à 25 ans. « Le judaïsme est au cœur des valeurs qui ont à la fois donné une direction à ma vie et créé un esprit de famille. Qui je suis et ce que je fais est inséparable de ma judéité », explique Heather. Elle croit que le Shabbat (le sabbat) est ce qui a la plus grande influence sur sa famille. « Je pense que le Shabbat – avec ses prières, ses chants, sa nourriture et son unité – est la tradition la plus ancrée que nous ayons en tant que famille. Je me suis toujours engagée auprès de la synagogue de mon quartier et je crois fortement en l’importance qu’accorde le judaïsme à la communauté. » Partager des mets et offrir l’hospitalité traditionnelle lui permettent de tisser de nouveaux liens avec différentes communautés religieuses.

Colm et Sharon Leyne sont les parents de deux jeunes enfants. « Notre relation personnelle avec Jésus-Christ est vitale – c’est le fondement de notre famille », disent-ils. « Lorsque nous nous consacrons à édifier notre foi par la prière et le renforcement de notre relation avec Dieu, il en résulte une grande différence dans notre foyer; cela apporte un sentiment de paix. En tant que catholiques, l’eucharistie est le fondement de tout. Notre compréhension de la messe est ce qui nous nourrit, nous renforce et nous rappelle à quel point Dieu nous aime. Nous allons [à la messe] parce que Dieu et la communauté nous élèvent. Ces bienfaits ne se limitent pas à l’eucharistie; il est aussi important pour nous de rayonner dans notre foyer et dans le monde. »

Charles McKay, de la Première Nation Red Earth, est père monoparental de trois filles âgées de 8 à 16 ans. Il explique que sa famille est fondée sur leurs traditions culturelles et la croyance chrétienne de l’Église anglicane. « Nos traditions influencent les membres de la famille pour qu’ils aient foi en quelque chose de plus grand qu’eux-mêmes », dit-il. « Le Créateur nous guide, nous enseigne et nous donne de la force. » À chaque étape de la vie de ses filles, McKay procède à une brève cérémonie pour leur donner une bénédiction de direction de leur Créateur. Il est fier de sa culture et de la langue crie et il partage avec ses filles les défis de la vie qu’il a surmontés. « Je leur instille la foi que le Créateur est là pour nous guider. »

Muhammad et Nabila Butt ont trois filles âgées respectivement de 15, 17 et 22 ans. « Dans notre famille, nous essayons de nous connecter à Dieu et au prophète Mahomet », disent les Butt. « Nos cinq prières quotidiennes sont comme de la méditation. Chaque prière nous renforce pour affronter le monde. La lecture du Coran nous donne une perspective claire sur ce que nous devons faire et ne pas faire. » Pour les Butt et la communauté musulmane, les mosquées sont le centre des prières quotidiennes et des services hebdomadaires. Sur l’importance de la charité, Nabila dit : « Je crois que notre but principal sur la terre est d’aider les autres. Chaque jour nous devons donner quelque chose à nos semblables. Cela a un effet surprenant sur l’âme d’une personne. »

Heather et Bernie Cardin ont trois enfants adultes. « Nous adhérons fortement aux valeurs de la foi bahá’íe, notamment les principes de l’unité dans la diversité, de l’égalité des hommes et des femmes et de l’égalité et de l’unité entre toutes les religions d’un même Dieu », expliquent-ils. Ils font la prière familiale ensemble et étudient plusieurs livres sacrés, en mémorisant des passages. Les Cardin suivent le calendrier bahá’í et participent, dans la communauté, à des événements tels que le Riḍvān, qui commémore leur fondateur, Bahá'u'lláh. La foi des Cardin les incite à se concentrer sur le service. « Nous considérons vraiment l’humanité comme unie », ajoutent-ils.

Alicia Walter est membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Elle élève seule ses six enfants depuis le décès de son mari. « Avoir la foi unifie et renforce notre famille », déclare-t-elle. Les Walter se sont mariés dans un temple mormon. Les mormons croient que ces mariages sont de nature éternelle. Alicia dit : « J’ai senti Ryan tout près plusieurs fois depuis son décès, et je sais que nous sommes toujours une famille et qu’il veille toujours sur nous. » Les Walter commencent la journée en lisant les Écritures et en priant ensemble. Le dimanche, ils prennent la Sainte-Cène pour faire alliance avec Dieu de garder ses commandements et de se souvenir de son Fils.

Ces parents sont tous dévoués à leur foi. Par leurs enseignements et leurs exemples, ils élèvent leurs enfants afin qu’ils soient des individus engagés, bienveillants, soucieux du bien-être d’autrui et qui contribuent au monde autour d’eux.

Quentin L. Cook, membre du Collège des douze apôtres, conseille : « Je nous donne à tous le défi de travailler avec des personnes d’autres confessions afin d’améliorer les valeurs morales de nos collectivités, de nos nations et du monde et de protéger la liberté religieuse » (« Restoring Morality and Religious Freedom », Ensign, septembre 2012, en [anglais]).

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.