Commentaire

Comprendre le Manuel d'instructions

Par Michael Otterson, directeur général des Affaires publiques de l'Église

Il y a une chose sur laquelle presque tous les chrétiens s’entendent, et c’est l’amour tendre de Jésus-Christ pour les enfants. La Bible et le Livre de Mormon rapportent tous deux de touchants témoignages de son amour pour « les petits ». Il les bénissait et interdisait à ses disciples de les éloigner de lui.

Les enfants sont au cœur de la famille, qui est révérée dans l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Pourtant, la semaine dernière, une lettre d’instructions des dirigeants de l’Église traitant du sujet délicat de la façon d’aborder les relations de même sexe a suscité une vague de questionnement au sein des membres de l’Église. La plupart de ces questions portaient sur les enfants.

Étant donné qu’il s’agissait d’une lettre d’instructions destinée aux dirigeants et non d’une annonce générale pour les membres de l’Église faite par l’intermédiaire de LDS.org ou des Affaires publiques, aucune information supplémentaire ni aucune explication n’a été donnée, comme c’est habituellement le cas sur les sites Internet habituels de l’Église. C’est ce qui a suscité des questions de nombreux membres de l’Église, pour qui l’information provenait essentiellement des titres des médias qui illustraient ces instructions comme un rejet des enfants et un refus de donner un nom aux bébés. Les membres, nous le comprenons, avaient des questions précises sur la façon dont les changements annoncés toucheraient les personnes qui leur sont chères.

Ce fait démontre clairement les dangers de tirer des conclusions à partir de comptes rendus médiatiques incomplets, et de gazouillis et de messages sur Facebook, sans avoir le contexte nécessaire et l’information exacte. L’Église a répondu rapidement à de nombreux questionnements en publiant la vidéo d’une entrevue avec Elder D. Todd Christofferson, un membre du Collège des douze apôtres. À la fin du week-end, des millions de personnes avaient visionné cette entrevue.

Aujourd’hui, une lettre précisant en quoi consistent et ne consistent pas les changements au Manuel a été publiée sur le site principal de l’Église, LDS.org.

Une des difficultés résidait dans la mauvaise compréhension générale du Manuel en tant que tel, qui est en fait un guide pour les dirigeants laïques des 30 000 assemblées de l’Église dans le monde. Un des objectifs de ce Manuel est de donner aux évêques et autres dirigeants des normes de référence lorsqu’ils prennent des décisions. Comme il s’agit d’un manuel sur les lignes directrices et les procédures, il n’est pas rédigé de façon contextuelle ni explicative. Les dirigeants sont invités à utiliser le Manuel conjointement avec les conseils du Saint-Esprit. Le caractère délicat des circonstances particulières de chaque individu est compris au moyen du Saint-Esprit, des enseignements du Christ et de son exemple, tels qu’on les trouve dans les Écritures, dans des discours et des enseignements des Autorités générales, et grâce à l’expérience personnelle des dirigeants et à leur exposition à des situations vécues. Aucun manuel ne peut répondre à toutes les questions ni traiter chaque cas particulier.

Voici les points principaux pour comprendre ce qui a mené aux changements et aux ajouts récents au Manuel d’instructions pour les dirigeants :

  • Ce n’est pas un péché de simplement ressentir une attirance pour une personne de même sexe. Certains membres fidèles de l’Église ressentent cette attirance et participent à la vie de l’Église sans enfreindre les commandements du Seigneur. Ils servent des missions et vont au temple. L’Église enseigne à ses membres à accepter ces frères et sœurs et à les encourager dans leur vie fidèle au sein de l’Église.
  • Il n’y a pas de changement dans la doctrine indiquant que les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont un péché.
  • Le Manuel contient de nouvelles indications à propos d’un nombre limité de situations concernant les enfants de couples de même sexe.

Depuis la légalisation du mariage entre personnes de même sexe aux États-Unis et dans d’autres pays, l’Église a senti la nécessité de traiter de tels mariages dans le Manuel pour affirmer sa position et favoriser la cohérence parmi les dirigeants locaux. Les dirigeants de l’Église se soucient, en particulier, des enfants – qu’ils soient les enfants biologiques de l’un des partenaires, adoptés ou conçus médicalement. En réalité, très peu de couples de même sexe présentent leurs enfants pour l’ordonnance officielle de l’Église de l’attribution de nom et pour la bénédiction, puisque celle-ci crée un dossier officiel de membre. Mais les dirigeants de l’Église veulent éviter d’exposer les enfants à un bras de fer entre les couples de même sexe au foyer, et les enseignements et les activités à l’Église.

On fait preuve de sensibilité à l’égard de la situation familiale dans d’autres domaines. Par exemple, l’Église ne baptise pas les enfants mineurs sans autorisation parentale, y compris ceux qui veulent fréquenter leurs amis saints des derniers jours. Une femme ou un homme marié n’est pas baptisé si son conjoint ou sa conjointe s’y oppose. Les missionnaires ne font pas de prosélytisme dans la plupart des pays musulmans ou en Israël, où les gens sont particulièrement sensibles au sujet de tout ce qui touche à la famille. Dans certains pays africains et d’autres pays où la polygamie est pratiquée, toute personne dont les parents pratiquent la polygamie a besoin d’une autorisation spéciale pour être baptisée afin qu’elle sache qu’une pratique culturellement acceptable dans la région est inacceptable dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Bien entendu, il existe toujours des situations échappant aux instructions et principes généraux; c'est ce qui fait que des dirigeants locaux peuvent demander des directives à des dirigeants plus haut placés dans les cas particuliers où ils ont des questions.

La grande majorité des membres de l’Église comprend qu’il n’y a eu aucun changement de doctrine sur les questions relatives aux personnes LGBT. La doctrine de l’Église est cohérente avec la vie et les enseignements de Jésus-Christ. De nos jours, beaucoup ont une forte tendance à parler de Jésus-Christ comme si ses enseignements sur l’amour étaient en quelque sorte incompatibles avec ses enseignements sur les commandements divins. Bien entendu, le Sauveur n’a jamais refusé son amour à qui que ce soit et ses paroles sur la croix illustrent cela. Mais il a aussi fait preuve d’amour en enseignant une doctrine claire et en se montrant ferme contre le péché au moyen de leçons parfois dures pour ceux qui le rejetaient. Voilà où en sont les dirigeants de l’Église aujourd’hui : maintenir la doctrine du bien et du mal, tout en faisant preuve d’amour envers tous. Les membres de l’Église qui croient aux prophètes modernes et aux apôtres comprennent et reconnaissent l’objectif de leurs dirigeants de diriger l’Église dans la complexité de sociétés diverses et de situations sociales évoluant rapidement. 

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.