Communiqué de presse

Comment l’Église de Jésus-Christ utilise la dîme et les offrandes

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours utilise la dîme sacrée et les offrandes généreuses de ses membres dans son œuvre à l’échelle mondiale d’aimer Dieu et son prochain. À la lumière de récents articles des médias qui ont présenté de manière inexacte les procédés de l’Église, celle-ci fournit les renseignements suivants.

              

L’Église s’engage à aider les pauvres et les nécessiteux. Latter-day Saint Charities (l’organisme de bienfaisance de l’Église) est un programme mondial qui cible principalement ceux qui ne sont pas saints des derniers jours. En temps de crise et lors d’autres urgences, nous travaillons en partenariat avec plusieurs organisations mondiales telles que la Croix-Rouge pour fournir de l’aide. Le président Russell M. Nelson a parlé récemment de certaines de ces actions. Et cela ne représente qu’une infime portion de ce que l’Église dépense pour prendre soin de ceux qui sont dans le besoin. Le rapport annuel le plus récent démontre que le volet humanitaire de l’Église a donné une aide de plus de 2,2 milliards de dollars dans 197 pays depuis sa création en 1985. En outre, grâce au programme d’entraide de l’Église, les dirigeants de plus de 30 000 assemblées confessionnelles aident régulièrement des hommes, des femmes et des enfants à se nourrir, à se loger et à répondre à d’autres besoins temporels, cette aide totalisant des milliards de dollars.

L’Église construit des temples et relie des familles grâce à l’histoire familiale. L’Église est fortement axée sur le principe doctrinal qui consiste à relier les familles à travers les générations. Cette œuvre spirituelle s’accomplit grâce à 217 temples (annoncés ou en activité), et à une présence soutenue de l’organisation familiale sans but lucratif de l’Église, FamilySearch, qui offre aussi gratuitement ses ressources généalogiques à tous.

L’Église offre des lieux de culte et de rassemblement à ses membres. L’Église finance des installations et des programmes d’éducation et d’activités pour ses 30 500 assemblées. Les lieux de réunion servent également d’espaces pour l’éducation communautaire, la recherche de l’histoire familiale et les interventions d’urgence.

L’Église soutient un programme missionnaire mondial. Présentement, plus de 65 000 missionnaires saints des derniers jours à travers le monde prêchent la bonne nouvelle de Jésus-Christ – un programme qui requiert un soutien financier important de la part de l’Église, sans compter les contributions personnelles et familiales des missionnaires. Les quelque 400 missions de l’Église comprennent des maisons de mission, des appartements, des bureaux et des automobiles – tous financés par l’Église.

L’Église investit dans l’éducation. L’Église croit que les apprentissages séculiers et spirituels sont éternels : c’est pourquoi elle consacre d’importantes ressources financières à l’éducation. Les programmes du séminaire et de l’institut de l’Église offrent une instruction religieuse quotidienne à environ 400 000 étudiants du secondaire et 300 000 étudiants universitaires chaque année. L’Église offre la possibilité à des membres de partout dans le monde de faire des études postsecondaires grâce à son vaste programme PathwayConnect, qui mène à un diplôme universitaire pour ceux qui ont des possibilités ou des ressources limitées. L’Église administre aussi quelques universités et une école de gestion, comptant au total 93 000 étudiants.

Un éditorialiste a écrit : « La stratégie de l’Église de Jésus-Christ, qui réussit à financer le fonctionnement de lieux de réunion, de temples, d’établissements d’enseignement ainsi que de l’œuvre missionnaire – tout en constituant des réserves pour les jours difficiles qui viennent toujours – est un modèle qui doit être souligné et imité par les gouvernements et les autres institutions du monde entier. »

L’Église suit les mêmes principes financiers sains qu’elle enseigne à ses membres, c’est-à-dire éviter l’endettement, vivre selon ses moyens et se préparer pour l’avenir. Il n’est pas étonnant que le Wall Street Journal ait récemment fait l’éloge de la forte économie de l’Utah, en partie attribuable à la « culture prédominante [de saints des derniers jours] de l’État qui encourage des vertus démodées telles que l’épargne, la gratification différée et la stabilité des familles ».

D. Michael Quinn, l’auteur d’un ouvrage de 600 pages sur l’histoire des finances de l’Église en 2017, a conclu en disant que c’est « une histoire qui favorise grandement la foi ». Il a dit à un journaliste que si les saints des derniers jours pouvaient voir « la situation dans son ensemble », ils « pousseraient un soupir de soulagement et comprendraient que l’Église n’est pas une entreprise à but lucratif ».

« Oui, l’Église épargne et investit ses ressources financières excédentaires, conclut un éditorial de Deseret News, mais elle contribue également à réduire considérablement la dette des étudiants, donne aux pauvres quelles que soient leurs origines et gère l’un des plus grands programmes d’entraide non gouvernementaux au pays. Et, le plus important, c’est qu’elle fait tout cela sans enrichir ceux qui en sont les dirigeants. »

Les fonds sacrés donnés par les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours sont une expression de foi, de dévotion et d’obéissance à la loi biblique de la dîme et démontrent un désir d’édifier l’Église du Christ en vivant les deux grands commandements d’aimer Dieu et son prochain.

Documentation supplémentaire

Déclaration de la Première Présidence sur les finances de l’Église

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.