Lieux disponiblesFermer la fenêtre
« Salle de presse mondiale
Fermer la fenêtre
Sujet

Les Mormons et l’instruction : aperçu

L’instruction tient au cœur des membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et fait écho à de nombreuses autres valeurs qui leur sont chères. Les Mormons aiment s’instruire et sont activement engagés dans l’acquisition de connaissances. Leur attachement à l’instruction, aussi bien en principe qu’en action, se voit dans leurs croyances, leurs enseignements et leurs activités quotidiennes. Ils affirment que l’instruction est la quête de toute une vie, qui répond à de nombreux buts vitaux. Ils ont une conception particulière de ce qu’est l’instruction, un principe qui concerne aussi bien l’âme humaine que l’intelligence. De plus, les Mormons ont de longue date une riche tradition d’instruction, qu’ils chérissent et continuent à préserver. Puisqu’ils croient que l’instruction mérite tous leurs efforts, les saints des derniers jours y consacrent des ressources et une énergie importantes.

I. Conception de l’instruction par les Mormons

Les buts de l’instruction

Le principe d’instruction fait partie intégrante des croyances les plus fondamentales des Mormons sur Dieu, sur la vie et sur eux-mêmes. Les saints des derniers jours affirment, par exemple, que Dieu est omniscient et on leur enseigne que « la gloire de Dieu c’est l’intelligence, ou, en d’autres termes, la lumière et la vérité[1] ». Ils croient aussi qu’en tant qu’enfants de Dieu, l’objectif de chacun est de continuellement s’efforcer de devenir comme Lui et considèrent l’instruction comme une partie vitale de cet effort. Pour les saints des derniers jours, la vie n’est donc pas seulement un temps de mise à l’épreuve mais aussi une école pour développer notre compréhension à travers l’étude et l’expérience[2]. L’instruction est l’un des buts prééminents de la vie et a une valeur éternelle durable qui transcende la mort[3]. Le développement d’une personnalité raffinée, éclairée et divine en est le but ultime[4].

Les saints des derniers jours croient que de par son immense valeur durable, Dieu a fait de l’instruction un commandement divin dont ses enfants sont responsables[5]. La Bible et le Livre de Mormon reprennent ce commandement avec l’invitation de rechercher, de « frapper » et de demander la connaissance. La révélation et les prophètes modernes donnent l’instruction très claire d’étudier et précisent que l’instruction est essentielle au salut. Le fondateur de l’Église, Joseph Smith, a enseigné que « nul homme n’est sauvé plus vite qu’il acquiert la connaissance » et que « nul homme ne peut être sauvé dans l’ignorance[6] ». Les Mormons affirment aussi que Dieu est activement impliqué dans l’instruction de ses enfants. Il éclaire l’esprit, il promet que les efforts pour s’instruire seront reconnus et qu’il y répondra en accordant de la connaissance selon sa sagesse[7].

La façon dont les saints des derniers jours abordent l’instruction repose sur une conception particulière de l’acquisition des connaissances. Les Mormons insistent clairement sur le fait que l’instruction concerne toute la personne et bénéficie à la fois à l’intellect et à l’esprit. L’instruction n’est pas uniquement intellectuelle, et les saints des derniers jours recherchent plutôt l’instruction « par l’étude et aussi par la foi » (Doctrine et Alliances 88:118). Cela veut en partie dire que les Mormons reconnaissent une forme d’apprentissage qui intègre à la fois perception intellectuelle et perception spirituelle[8]. Ils reconnaissent aussi que les deux ne sont pas sans rapport : La compréhension spirituelle, par exemple, est nécessaire pour donner à la recherche rationnelle son but ultime[9]. De plus, les saints des derniers jours affirment que la foi et la raison ne sont pas fondamentalement mutuellement hostiles[10]. La poursuite de la vérité est donc sans limite, bien que les saints des derniers jours accordent une valeur particulière à la compréhension qui mène celui qui recherche plus près de Dieu et aide à accomplir les buts essentiels de la vie[11].

L’instruction joue un rôle vital dans la théologie du mormonisme mais elle a aussi d’autres valeurs personnelles. Les saints des derniers jours croient que l’instruction doit avoir un lien avec les expériences de la vie et les améliorer. Brigham Young a expliqué que « l’instruction est le pouvoir de penser clairement, de bien agir dans le monde du travail et d’apprécier la vie[12] ». Les Mormons apprécient la vie de l’esprit et la richesse que l’instruction ajoute aux expériences de la vie. Ils sont encouragés à aimer apprendre et instruire et ils reconnaissent que la connaissance est émancipatrice[13].

Les saints des derniers jours croient aussi que les études doivent avoir une valeur pratique. Elles doivent améliorer les capacités de quelqu’un d’apporter une contribution sociale, d’être financièrement indépendant et généralement de « bien agir dans le monde du travail[14] ». Les saints des derniers jours reconnaissent que l’instruction est cruciale pour des raisons morales et pratiques qui vont du soutien de leur famille et de son éducation à leur contribution à la société. L’instruction est une sérieuse responsabilité pour les parents, qui sont chargés de pourvoir aux besoins vitaux de leurs enfants. Le président de l’Église Thomas S. Monson a recommandé à la fois aux hommes et aux femmes de poursuivre des études pour pouvoir participer selon les besoins dans un monde économique compétitif[15]. L’instruction permet aussi à ceux qui poursuivent des études d’avoir un impact plus important pour le bien dans leur communauté. Elle accroit leur capacité de servir l’humanité.

Les Mormons affirment bien sûr que l’instruction est également cruciale pour la famille immédiate. Comme les saints voient en la famille l’unité la plus fondamentale de l’humanité, ils considèrent le foyer comme le lieu de l’apprentissage humain. Les parents reçoivent de Dieu la mission d’élever leurs enfants « dans la lumière et la vérité » (Doctrine et Alliances 93:40). Ils ont pour responsabilité principale d’amener leurs enfants à une maturité intellectuelle, sociale et spirituelle par le précepte et par l’exemple. L’éducation des enfants est considérée comme une collaboration avec Dieu, et les parents et d’autres éducateurs ont la responsabilité de guider les enfants d’une manière qui leur sera bénéfique tout de suite et éternellement[16].

L’étendue de l’instruction

La conception mormone de l’instruction est plurielle, non seulement en ce qu’elle fait appel à différentes façon d’acquérir des connaissances, mais également par d’autres aspects. Les enseignements de l’Église passent en revue un vaste champ de connaissances précieuses, qui comprennent un ensemble illimité de sujets séculiers et religieux. La géographie, la culture, l’histoire, les sciences et d’innombrables autres sujets font partie de ces larges champs d’étude, qui s’étendent bien au-delà des limites conventionnelles de la connaissance religieuse[17]. En effet, de ce point de vue, les Mormons de font pas de distinction entre la connaissance « séculière » et « religieuse ». Ils considèrent toutes formes de vérité comme utiles et sacrées.

« L’instruction » implique souvent de faire des études mais les saints des derniers jours reconnaissent qu’elle doit comporter bien plus que cela. On leur recommande de considérer l’instruction comme une responsabilité personnelle[18] et on leur enseigne que chacun doit poursuivre des études de manière indépendante selon son propre contexte en apprenant autant qu’il le peut selon ce que ses circonstances lui permettent[19]. Les Mormons considèrent les programmes d’études comme indispensables, mais Ils accordent aussi de l’importance à la lecture, l’étude, la réflexion et l’observation individuelles variées. Ils affirment qu’un trésor de connaissances est disponible pour tous ceux qui s’y livrent.

Enfin, pour les saints des derniers jours, l’instruction est un principe qui s’étend dans l’éternité. Les Écritures mormones enseignent que « quel que soit le degré d’intelligence que nous atteignions dans cette vie » il nous suivra dans l’au-delà (Doctrine et Alliances 130:18). Les saints des derniers jours voient aussi dans l’instruction une entreprise permanente. Ils anticipent de longues études qui s’étendront indéfiniment dans l’avenir et les espèrent.

II. Une tradition mormone d’instruction

La tradition d’instruction [20] qui entoure l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est solide et ancienne, c’est en fait une caractéristique de son peuple[21]. Depuis près de deux-cents ans les Mormons ont développé des initiatives d’enseignement et ont préservé une culture dans laquelle l’instruction a été une préoccupation primordiale. Cette tradition peut être ramenée aux premiers jours de l’Église.

En plus de la Bible et du Livre de Mormon, les saints des derniers jours ont recherché dans les révélations divines reçues par le fondateur de l’Église, Joseph Smith, un cadre et un objectif à leur étude[22]. Entre autres choses, ces Écritures modernes recommandent aux saints de chérir et de perpétuellement rechercher la sagesse de toutes sortes et de s’enseigner diligemment les uns les autres afin de pouvoir être « instruits plus parfaitement de la théorie, des principes, de la doctrine [et] de la loi de l’Évangile » (Doctrine et Alliances 88:78). De tels enseignements ont suscité des efforts d’instruction de toutes sortes tout au long de l’histoire mormone.

Ces enseignements ont augmenté l’engagement des premiers saints des derniers jours à l’égard de l’instruction de leurs enfants et approfondi leur consécration à l’amélioration personnelle et au développement de l’instruction. Comme beaucoup de leurs contemporains, les saints des derniers jours se chargeaient de l’instruction au foyer, mais ils poursuivaient aussi des études plus officielles. Au cours du 19e siècle, alors que l’instruction était souvent le privilège d’une minorité, à Kirtland (Ohio), les Mormons avaient organisé leurs propres écoles. Certaines donnaient un enseignement religieux et d’autres enseignaient aux membres de la communauté, notamment les femmes et les jeunes, les langues étrangères, l’arithmétique, la grammaire et d’autres matières du programme d’enseignement traditionnel.

Les Mormons ont aussi été des précurseurs en matière d’instruction sur la Frontière sauvage américaine du 19e siècle au Missouri en établissant, en 1831, la première école de ce qui est aujourd’hui Kansas City. Quelques années plus tard, dans leur ville de Nauvoo (Illinois) nouvellement édifiée, ils ont établi une société mature qui regroupait un haut niveau culturel et des études supérieures. Les dirigeants de l’Église avaient expliqué que l’un des principaux buts du rassemblement des saints des derniers jours était de bénéficier d’une instruction et, à Nauvoo, bons nombre de ces avantages ont été atteints[23]. Des écoles publiques, des clubs, des théâtres, des musées, des associations culturelles et littéraires et d’autres associations ont été envisagés et organisés. Les saints ont créé une université, l’université de la ville de Nauvoo, qui gérait le système éducatif de la ville. Les visiteurs de Nauvoo trouvaient un peuple engagé à la fois vis-à-vis de leurs principes religieux et de l’amélioration de leur intelligence[24].

Même dans la deuxième moitié du 19e siècle, lorsque les Mormons se sont éparpillés pour coloniser l’Ouest des États-Unis, l’instruction est restée une priorité. Dans un effort pour maintenir l’instruction, les dirigeants de l’Église Brigham Young, John Taylor et Wilford Woodruff ont dirigé la formation d’écoles et d’« académies » de pieu qui canalisaient les ressources souvent maigres des saints des derniers jours dans un programme d’études organisé. Beaucoup de ces écoles et académies de pieu sont depuis devenues les établissements d’enseignement secondaire et supérieur de ces régions. Au fur et à mesure que d’autres solutions sont devenues disponibles, l’Église a interrompu la plupart de ses efforts pour fournir une instruction non religieuse. Au lieu de cela elle a développé des systèmes d’instruction religieuse supplémentaires pour les élèves de tous âges.

III. Initiatives de l’Église pour l’enseignement

Fidèle à la tradition, l’instruction a continué à occuper une place éminente dans la vie et les croyances des saints des derniers jours.

En plus de l’accent mis sur l’instruction dans le culte du dimanche, le culte au temple et dans d’autres cadres, l’Église a un éventail de dispositifspour aider les membres à poursuivre leurs études.

Le soutien continuel à ses établissements d’enseignement supérieur témoigne que l’Église reconnaît le besoin d’une instruction excellente et étendue. L’Église est propriétaire de trois universités (Brigham Young University, Brigham Young University-Hawaii et Brigham Young University-Idaho) et d’un établissement supérieur (LDS Business College). Dans ces établissements, l’instruction laïque est associée aux idéaux et aux principes religieux de l’Église. L’Église entretient aussi plusieurs écoles élémentaires et secondaires au Mexique, aux Tonga, aux Samoa, aux Fidji et aux Kiribati.

Les séminaires et instituts de l’Église constituent le département d’éducation de l’Église. Ces institutions soulignent l’importance du développement d’une instruction complète qui incorpore la connaissance religieuse et la foi.

Le séminaire est un programme d’étude religieuse sur quatre ans pour les élèves du secondaire de toutes religions. Un livre différent des Écritures des saints des derniers jours est étudié chaque année, l’Ancien Testament, le Nouveau Testament, le Livre de Mormon et les Doctrine et Alliances. Les cours du séminaire sont enseignés par des instructeurs à plein temps ou bénévoles, souvent dans des bâtiments de l’Église. Il y a environ trois-cent-cinquante-mille élèves du séminaire dans le monde.

Les instituts de religion donnent une instruction religieuse aux jeunes de dix-huit à trente ans, dont beaucoup font des études supérieures, dans plus de deux mille cinq cents endroits dans le monde. Les cours d’institut comportent l’étude des Écritures, de l’histoire de l’Église, de la doctrine et de la façon de se préparer au mariage et à une mission pour l’Église. Il y a actuellement environ trois cent cinquante mille étudiants inscrits à l’institut.

Le Fonds perpétuel d’études, créé par l’Église en 2001, donne aux jeunes adultes éligibles de l’Église dans les régions du monde en cours de développement l’occasion d’obtenir l’instruction nécessaire pour améliorer leur situation économique. Des membres de l’Église font des dons à ce fonds et il est attendu des bénéficiaires qu’ils remboursent le prêt avec un faible taux d’intérêt. Depuis sa création, le Fonds perpétuel d’études est devenu une vaste entreprise qui a aidé des dizaines de milliers de personnes.



[1]Doctrine et Alliances 93:36.

[2]Voir Thomas S. Monson, « Regarder vers Dieu et vivre », Liahona, mai 1998, p. ??; Bruce C. Hafen, « L’Expiation : Tout pour tous », Le Liahona, mai 2004, p. 97-99.

[3]Voir Doctrine et Alliances 130:19.

[4]Voir Dallin H. Oaks, « A House of Faith » BYU Studies (1996), p. 117-118.

[5]Voir Dieter F. Uchtdorf, « Deux principes valables pour toute économie », Le Liahona, nov. 2009, p. 58.

[6]Enseignements des présidents de l’Église, Joseph Smith, 2007, p. 355.

[7]2 Néphi 28:30 ; Doctrine et Alliances 88:11.

[8]Joseph Fielding Smith a clairement expliqué que « la connaissance vient à la fois par la raison et par la révélation ». Voir « Educating for a Golden Era of Continuing Righteousness », A Golden Era of Continuing Education, Brigham Young University, 1971, p. 2 ; Doctrine et Alliances 9:2.

[9]Voir Henry B. Eyring, « An Education for Real Life », Ensign, oct. 2002, p. 14-21.

[10]Voir Richard C. Edgley, « La foi – le choix vous appartient », Le Liahona, nov. 2010, p. 31-33.

[11]Voir 2 Néphi 9:29.

[12]Cité dans George H. Brimhall, « The Brigham Young University », Improvement Era, juil. 1920, p. 831.

[13]Voir Dieter F. Uchtdorf, « Deux principes valables pour toute économie », p. 58.

[14]James E. Faust, « Learning for Eternity », discours prononcé lors d’une réunion spirituelle à BYU le 18 nov. 1997, p. 3.

[15]Voir Thomas S. Monson, « Great expectations », discours prononcé lors d’une réunion spirituelle à BYU le 11 janv. 2009, p. 3.

[16]Voir L. Tom Perry, « L’instruction des enfants au foyer par leur mère », Le Liahona, mai 2010, p. 29-31.

[17]Voir Doctrine et Alliances 88:79 ; 90:15.

[18]Voir Russell M. Nelson, « Où se trouve la sagesse? », L’Étoile, nov. 1993, p. 5-8.

[19]Voir Dieter F. Uchtdorf, « Deux principes valables pour toute économie », p. 58.

[20]Comme documentation sur l’histoire de l’instruction SDJ, voir le texte de l’exposition de BYU « Education in Zion », consultable ici.

[21]Voir James E. Faust, « Learning for Eternity », p. 2.

[22]Voir Dallin H. Oaks, « A House of Faith », p. 115.

[23]Voir Sidney Rigdon, « To the Saints Abroad », Elders’ Journal, août 1838, p. 53.

[24]Voir, par exemple, « Highly Important from the Mormon Empire », New York Herald, 17 juin 1842, p. 2.

 

Remarque concernant le nom de l’Église : Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction en ligne.