Les dirigeants d’interrégion de l’Église au Canada offrent des encouragements pour la nouvelle année

Les dirigeants d’interrégion de l’Église au Canada offrent des encouragements pour la nouvelle année

Communiqué de presse

Les dirigeants d’interrégion de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours au Canada transmettent leurs vœux de paix, de santé et de bonheur pour la nouvelle année. Ils nous encouragent à être empreints de l’image du Christ, à nous réjouir de l’expiation de notre Seigneur Jésus-Christ, à délaisser nos fardeaux et à avoir confiance en Dieu.

 

Elder Alain L. Allard

Paix et vie éternelle

« Mais apprenez que celui qui accomplit les œuvres de la justice recevra sa récompense, c’est-à-dire la paix dans ce monde et la vie éternelle dans le monde à venir » (D&A 59:23). La plus grande récompense que l’on puisse recevoir de Dieu sur la terre, c’est la paix. La vie éternelle peut être le couronnement de tous nos dons après cette vie. Nous apprenons de ce verset que « les œuvres de la justice » nous apporteront ces récompenses.

Nous sommes encouragés par les nombreux actes de charité et d’attention offerts par des gens et des organismes de différentes confessions et croyances dans nos collectivités.

Nos meilleurs vœux vous accompagnent tous pour une année remplie de paix, de santé et de bonheur. Nous prions afin que les bénédictions de notre Seigneur reposent sur vous alors que vous vous efforcez de suivre la voie qu’il a prévue pour nous tous.

Elder James E. Evanson

Soyons empreints de l’image du Christ

Le début d’une nouvelle année est toujours un moment propice à la réflexion et au renouveau. Nous réfléchissons sur notre dernière année afin d’évaluer nos progrès, nos succès et, souvent, nos combats. C’est un moment pour renouveler notre engagement et notre résolution. Je me rappelle la merveilleuse discussion qu’Alma, prophète du Livre de Mormon, a eue avec son peuple dans Alma 5. Il leur a demandé de garder en tête un certain nombre de questions alors qu’ils évaluaient leur relation avec leur Père céleste. Je propose que nous nous posions certaines de ces questions alors que nous nous préparons à recevoir les bénédictions, à surmonter les défis et à saisir les occasions d’une nouvelle année.

Alma nous demande si nous sommes « nés spirituellement de Dieu » (Alma 5:14). Lorsque les autres voient nos actions, entendent nos voix et voient la lumière dans nos yeux, reconnaissent-ils que nous avons pris sur nous le nom du Christ? Peuvent-ils voir que nous sommes empreints de son image? Engageons-nous à être de bons chrétiens, à éclairer le monde afin que les autres voient nos bonnes œuvres et glorifient leur Père dans les cieux. La naissance spirituelle engendre un cœur rempli de miséricorde, de gentillesse et de charité pour tous les enfants de Dieu. Le Christ nous a donné l’exemple à suivre.

Parfois nous sentons les tourments du regret lorsque nous regardons nos erreurs passées et les occasions manquées. Alma nous rappelle que nous devons regarder en avant avec l’œil de la foi, avec l’espoir que le Christ peut pardonner nos péchés. Alma demande si nous avons éprouvé un changement de cœur (voir Alma 5:14) par une renaissance spirituelle et, si tel est le cas, pouvons-nous le ressentir maintenant? Si nous avons des doutes persistants, une culpabilité étouffante ou une déception écrasante, alors regardons à la source de notre espérance et repentons-nous pleinement dans notre cœur, afin de pouvoir à nouveau avoir le désir de « chanter le cantique de l’amour rédempteur » (Alma 5:26) qui vient par l’expiation miséricordieuse de Jésus-Christ.

Une des questions les plus difficiles d’Alma peut être : « Pouvez-vous vous imaginer entendre la voix du Seigneur vous dire […] venez à moi, vous qui êtes bénis, car voici, vos œuvres ont été les œuvres de la justice? » (Alma 5:16). J’espère que nous pouvons tous faire suffisamment confiance à l’amour de notre Père dans les cieux et au pouvoir rédempteur de Jésus-Christ pour imaginer en toute confiance que ces mots doux seront prononcés en notre faveur un jour. Dieu nous aime et le Christ a expié pour nous, afin que nous puissions avoir l’espérance du salut.

En cette nouvelle année, recherchons la renaissance spirituelle. Rappelons-nous les moments où nous avons ressenti le réconfort apporté par l’Esprit et ayons la foi. Croyons au miracle de la rédemption et permettons-lui de nous élever au-dessus des conflits de ce monde. Puissions-nous être empreints de l’image du Christ.

Elder G. Lawrence Spackman

Source de joie pour le monde

Lorsque nous pensons à ce qui se passe dans le monde et contemplons l’année qui commence, nous pouvons être encouragés par l’optimisme des dirigeants de l’Église. Une des raisons qui fait que le président Thomas S. Monson est chéri de tous, à la fois par les membres et les non-membres, est qu’il semble toujours avoir une attitude positive. Il est facile de regarder autour de nous et de nous laisser décourager par ce que nous y voyons, mais si nous sommes déprimés, nous pouvons aussi entraîner les autres.

Le président Harold B. Lee (1899-1973) a dit : « Vous ne pouvez pas élever une autre âme avant d’être à un niveau supérieur au sien » (« Stand Ye in Holy Places », conférence générale d’avril 1973). La déclaration du président Lee peut être considérée comme une invitation à développer la foi et l’espérance et puis à aider les autres.

Le président Gordon B. Hinckley (1910-2008) nous a donné un conseil clair : « Nous avons toutes les raisons d’être optimistes dans ce monde. […] Nous adoptons une attitude optimiste, travaillons avec foi, et les choses se mettent en branle » (cité par Jeffrey R. Holland, « President Gordon B. Hinckley : Stalwart and Brave He Stands », Ensign, juin 1995).

La mission et l’expiation de notre Sauveur Jésus-Christ nous ont donné une raison de nous réjouir. « Nous parlons du Christ, nous nous réjouissons dans le Christ, nous prêchons le Christ, nous prophétisons concernant le Christ » (2 Néphi 25:26). Jésus-Christ a dit : « Ne craignez donc pas, petit troupeau; faites le bien; laissez la terre et l’enfer s’unir contre vous, car si vous êtes bâtis sur mon roc, ils ne peuvent vaincre » (D&A 6:34). Le Christ est « une fondation telle que si les hommes construisent sur elle, ils ne peuvent tomber » (Hélaman 5:12).

Nous savons que notre joie n’est pas complète dans cette vie : « C’est pourquoi, ne craignez pas, même pas la mort; car votre joie n’est pas pleine en ce monde, mais elle l’est en moi » (D&A 101:36). Mais l’espérance et la foi sont des attributs sur lesquels nous pouvons travailler dans la mortalité. Rappelons-nous que « les hommes sont pour avoir la joie » (2 Néphi 2:25).

Il n’y a de tristesse durable dans rien sauf dans le péché, et les gens les plus heureux sont ceux qui comprennent l’Évangile et le vivent.

Cette année, les membres de l’Église étudieront l’Ancien Testament à l’École du dimanche. Dans cet esprit d’optimisme, ma bénédiction préférée de l’Ancien Testament est la suivante :

« Que l’Éternel te bénisse, et qu’il te garde!

Que l’Éternel fasse luire sa face sur toi, et qu’il t’accorde sa grâce!

Que l’Éternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix! » (Nombres 6:24-26).

Elder Michael R. Murray

Lâcher prise et s’en remettre à Dieu

L’année 2018 sera-t-elle la meilleure pour vous? Ou bien est-ce que des défis imprévus et des épreuves menaceront votre bien-être spirituel ou temporel comme jamais auparavant? Il est trop tôt pour le savoir, mais un autocollant aperçu sur une voiture à Philadelphie, en Pennsylvanie, nous donne un bon conseil.

L’autocollant en question déclare : « Lâcher prise et s’en remettre à Dieu ». Le message inspiré est que nous nous accrochons à des choses qui nous accablent et qui empêchent notre progression éternelle. Si nous mettons notre confiance en Dieu et le laissons nous montrer comment vivre, alors nous pouvons lâcher prise en toute sécurité. Nous pouvons alors « lâcher prise et nous en remettre à Dieu ».

La leçon est simple : si nous voulons trouver la joie dans nos vies, tout ce que nous avons à faire est de délaisser le « moi » et de laisser Dieu nous montrer ce qu’il y a de mieux – la meilleure manière de choisir, la meilleure manière d’agir, la meilleure manière de se repentir, la meilleure manière de servir, la meilleure manière de pardonner et la meilleure manière d’aimer.

Le Christ déclare sans équivoque : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie » (Jean 14:6). L’invitation à venir au Christ est une invitation à délaisser nos fardeaux, nos mauvaises habitudes, notre scepticisme et notre doute. C’est une invitation à un renouveau. C’est une invitation à interrompre l’agitation intérieure dans notre cœur, notre esprit et nos souvenirs en utilisant le pouvoir guérisseur de l’expiation du Christ et en exerçant de la foi.

Commençons 2018 en délaissant nos soucis inutiles et en nous saisissant de toute bonne chose (voir « Venez, venez sans craindre le devoir », Hymne 18; voir aussi Moroni 7:20).

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.