Les athlètes mormons élèvent la barre

Les athlètes mormons élèvent la barre

Communiqué de presse

Les athlètes canadiens Natalie Olson, Riley McLean et Joshua Sloan partagent une foi commune en tant que membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours; ils poursuivent et atteignent l’excellence dans plusieurs domaines de leur vie d’athlètes ayant un handicap.

 

Natalie Olson        

De bien des façons, Natalie Olson, 28 ans, de Calgary en Alberta, est une jeune adulte typique. Elle travaille tout en poursuivant ses études et entretient des liens étroits avec sa famille et ses amis. Son cheminement athlétique, toutefois, fait déjà partie de l’histoire. Olson est la première canadienne avec le syndrome de Down à atteindre le rang de ceinture noire de Karaté Wado Kai.

En 2014, Olson a représenté le Canada aux premiers Championnats mondiaux pour athlètes handicapés de la Fédération mondiale de karaté (FWK) à Bremen en Allemagne, où elle s’est classée au huitième rang. En octobre 2016, elle a remporté la médaille d’argent dans la catégorie de para-karaté au Championnat de karaté mondial à Linz, en Autriche, et elle s’entraîne présentement pour le Championnat mondial de 2018 qui se tiendra à Lima, au Pérou.

Barbara, la mère d’Olson, dit : « En raison de l'accent que l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours met sur l’autonomie, Natalie a appris à se fixer des buts, et cela a eu une influence dans sa lutte pour donner le meilleur d'elle-même au karaté. »

En tant qu’ambassadrice de la Société canadienne du syndrome de Down (SCSD), Olson a représenté le Canada au Congrès mondial sur le syndrome de Down et continue de contribuer en tant qu’oratrice et bénévole pour la Société.

Riley McLean

Riley McLean, nageur de compétition âgé de seize ans, va à l’école secondaire à Vernon, en Colombie-Britannique. En plus des exigences des entraînements et des compétitions, il fait de la planche à roulettes, est en train d’apprendre à naviguer, a son permis d’apprenti conducteur et passe du temps avec des amis à l’école et à l’Église.

Même s'il est né avec l’arthrogrypose, une maladie congénitale qui restreint l’utilisation de ses articulations (à l’exception de ses hanches et de sa colonne vertébrale), cela n’a pas empêché McLean de poursuivre tout ce qui l’intéressait. Sans coudes ni genoux fonctionnels, qu’il ne peut pas plier, il a développé une approche adaptée et créative aux activités de tous les jours, y compris l’athlétisme. McLean déclare : « S’il y a un obstacle, je trouve le moyen de le contourner. »

McLean a participé à des compétions locales, nationales et internationales, y compris les Jeux parapanaméricains de Toronto en 2015. « Chaque fois que je me sens nerveux ou fatigué avant une course, dit-il, je prie pour avoir l’énergie et la force d’être fort mentalement pour compléter ma course. »

Avec l’aide de l’entraîneur de natation de niveau supérieur Renate Terpstra et le soutien de ses parents, Keith et Odette, McLean gagne rapidement l’attention du monde de la para-natation. En novembre 2016, il a remporté cinq médailles d’or au Can-Am Open à Miami en Floride, et espère se qualifier pour les Jeux paralympiques de Tokyo en 2020.

McLean faisait aussi partie des lauréats du Prix du premier ministre pour l’excellence des jeunes autochtones dans le sport de 2015, qui reconnaît les meilleurs et les plus brillants jeunes athlètes autochtones en Colombie-Britannique qui atteignent l’excellence à la fois dans leur vie personnelle et dans un sport désigné.

Joshua Sloan

Joshua Sloan, de Surrey en Colombie-Britannique, a participé à de nombreuses disciplines sportives, mais courir demeure sa passion. Ses résultats dans les épreuves de qualifications pour les Olympiques spéciaux de 2016 qui s’en viennent l’ont qualifié afin qu’il participe à un niveau plus compétitif. Parce qu’il a choisi de ne pas faire de compétition le dimanche, Sloan a opté pour la compétition récréative, tout en maintenant son amour et son enthousiasme pour la course. Né avec le syndrome de Down, Sloan explique : « J’aime courir en raison de l’énergie et du sentiment agréable que cela me procure. »

Avec le soutien de ses parents, Jim et Lynn, Sloan a complété les Olympiques spéciaux annuels en Colombie-Britannique depuis 2006, à l’exception d’une période de deux ans (2013-2015) durant laquelle il a servi une mission à plein temps pour l’Église. Parce qu’il a été assigné à la Mission de Vancouver au Canada, son horaire a été adapté afin qu’il puisse retourner au foyer familial tous les soirs, tout en maintenant les habitudes disciplinaires exigées de chaque missionnaire mormon.

Bien qu'il espère toujours participer aux Olympiques spéciaux, Sloan, âgé de 22 ans, a en vue une carrière de chef professionnel. Il travaille présentement dans la cuisine de production d’une compagnie alimentaire locale.

Sloan dit de sa vie et de son expérience : « Je suis réellement heureux de ma vie. Il me reste beaucoup à faire pour m’améliorer et j’ai le choix de faire ce que je veux. »

Par Kathleen Begieneman Carter

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.