Des jeunes de la génération Y se réunissent pour un dialogue interreligieux

Des jeunes de la génération Y se réunissent pour un dialogue interreligieux

Communiqué de presse

Des jeunes adultes mormons se sont joints à des représentants de différentes religions pour partager leurs expériences en ce qui a trait à l’impact de la religion dans leur vie. L’événement, organisé par la Conversation Interreligieuse Canadienne (CIC), a eu lieu au Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA), le 23 février 2017.

Sandra Pallin, membre du comité de direction du CIC et directrice des affaires publiques de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours au Canada, a expliqué : « Le but de la discussion est d’obtenir une meilleure compréhension de l’impact qu’a la religion dans la vie des jeunes de la génération Y et comment ils peuvent être des défenseurs de la religion dans une société pluraliste. »

 

« Je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait à cet événement, mais je crois qu’il est important de voir ce que d’autres religions font pour faire participer les jeunes de la génération Y. J’ai développé une nouvelle passion pour comprendre les religions des autres. L’on nous commande d’être une lumière pour les nations, alors il est important que nous continuions cette œuvre », indique Bonnie Oppenheimer, une participante de la génération Y et directrice d’Experiential Jewish Education and Engagement (L’engagement et l’éducation juive expérientielle).

Eurah Park, enseignante en français au secondaire, et Aric Pahnke, doctorant en génie biomédical à l’Université de Toronto, étaient les représentants de la génération Y de l’Église mormone. « Je suis une personne sociable, j’aime rencontrer des gens et apprendre d’où ils viennent. J’aime être capable de dégager les points communs entre les religions », a dit Eurah Park. Pour sa part, Aric Pahnke explique : « Apprendre au sujet de la religion des autres m’aide à mieux comprendre ma religion. Leurs pratiques religieuses sont habituellement liées aux miennes. Comprendre les diversités culturelles et religieuses bénit ma vie. »

Des mots tels qu’« encouragé », « inspiré », « optimiste », et « réflexion future » étaient utilisés par les participants pour décrire la discussion. Parmi les points à retenir de la conversation, il y avait l’importance de transmettre aux jeunes de la génération Y comment la religion peut avoir un impact positif dans leur vie au quotidien, et un désir de travailler avec d’autres religions sur des projets de service qui profitent à la société.

Les besoins spirituels et temporels du monde requièrent de la bonne volonté et de la coopération parmi les diverses religions. Chacune d’elles apporte une contribution précieuse à la plus vaste communauté de croyants. Reconnaissant le fait que Dieu aime tous les individus, pas uniquement ceux d’une seule religion, le président Dieter F. Uchtdorf de la Première Présidence, la plus haute instance dirigeante de l’Église, a déclaré : « Nous honorons et respectons les âmes sincères de toutes les religions, quels que soient l’endroit et l’époque où elles ont vécu, qui ont aimé Dieu […]. Nous les louons avec gratitude pour leur altruisme et leur courage. Nous les prenons dans nos bras comme des frères et sœurs, enfants de notre Père céleste. […] Il entend les prières des humbles et des sincères de tout pays, de toute langue et de tout peuple. Il accorde la lumière à ceux qui le cherchent, l’honorent et veulent obéir à ses commandements. » (« La foi de notre Père », conférence générale d’avril 2008).

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.